lundi 26 janvier 2009

Jeux d'échecs

Tigran Vartanovich Petrossian




Tu recommences la partie. Comme les autres fois. Tu souris. Toutes ces règles qu’il a fallu démonter. Joie d’attendre. Replié à l’affût. Derrière les mondanités. En dehors. Ce salon des vanités. Ils vont voir. Puisque les fauves ne sont jamais bien loin. Tu vas parler le seul langage qu’ils respectent. Dans les formules mathématiques il y a toujours un muscle, un ressort. Une trappe. On va les faire danser sur le damier. Tu es le fou, je suis le cavalier. Qui ne font qu’un. Ces doubles-là se renversent, s’évitent, comptent leurs points. Tu aimes cette boxe intime. Un petit théâtre de marionnettes propres. Alors tu tisses la trame, imagine leurs peurs, leurs caprices. Et chaque partie livre ses épisodes. Mais ils ne se suivent pas. Aucune logique. Le polar ne se raconte pas ici. Il s’invente au croisement des doigts, au frôlement des paumes. Le damier comme une stèle, une tombe. Sur laquelle ils dansent. Ils ne peuvent pas changer cette mosaïque. Elle as toujours été complice. Comme le dos des amantes. Et leurs touches leurs creux. Tu aimes jouer de ces gammes-là. Lancer un andante, simuler un allegro, et puis les banderilles. Curieuse arène finalement. Ils ont les règles, la grammaire. Quelques-uns en trouvent une nouvelle. Et l’échiquier danse, explose, se cabre, se soumet. Comme une partie de billard. Magnétique. Recommencer la mise en scène comme on rencontre une étoile. Instinctive, souterraine, souveraine. Dans ce ciel noir et blanc scintillent des reflets. A chaque jetée lever l’ancre. Tu aimes ce cabotage perpétuel. Il n’y a pas de port véritable, la course s’engage, ses détours, ses gouffres secrets, l’anse lumineuse.
Le film continue. Tu recadres, désertes, imposes. Revanche sur les lâchetés qui continuent. Evidence de la conquête. Il faut savoir décrypter. Engager la formule, la changer, l’échanger. L’issue n’est jamais la même. Elle utilise leurs masques au carnaval. Debout. Tu es déjà parti.

_________

GeorgesFesta - 2006 - Tous droits réservés


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.