vendredi 30 janvier 2009

Le pacte de Faust / Money



Ventes aux enchères de monnaies arméniennes : records battus
par Levon A. Saryan
(The Armenian Reporter, 24.01.2009)
_______
NEW YORK – En dépit de la récession économique mondiale, les premières monnaies d’Arménie continuent d’atteindre des prix records, si l’on en croit du moins les résultats des récentes enchères chez Stack’s, obtenus par le fonds de monnaies rares – Moneta Imperii Romani Byzantini -, de la collection Golden Horn, organisées à New York le 12 janvier. Cette vente, qui incluait une vaste sélection de monnaies anciennes, médiévales et modernes, a rassemblé une collection remarquable de vingt-sept pièces de monnaies, parmi les plus rares, de l’Arménie médiévale et cilicienne.
Il est évident que les monnaies arméniennes exceptionnelles de ce fonds, réunies par un collectionneur qui a tenu à garder l’anonymat, ont été choisies au regard de leur variété (pas de doubles), de leur qualité et de leur rareté. A ma connaissance, il s’agit de la plus belle collection de monnaies arméniennes que Stak’s ait proposée ces trente dernières années. Stack’s, situé à Manhattan, West 57e Rue, est l’un des plus importants et plus vastes lieu de négoce de monnaies anciennes au monde.
Les enchères concernant deux pièces, parmi les plus significatives au plan historique et aussi les plus recherchées, ont fait exploser les précédents records. Un follis en bronze attribué à Gourgen II Curopalate (Gorigh Gorabaghad), de Lori, et un dram en argent du roi Constantin Ier de Cilicie arménienne. Le Gourgen (lot 3467 coté VF) a atteint 9 000 dollars, soit plus du double de son estimation préalable, 3 750 dollars. Le dram de Constantin (lot 3483 noté XF) a été adjugé 8 000 dollars, soit le double de sa valeur estimée avant la vente. Les sommes adjugées ne comprennent pas la TVA de 15 % ni les taxes locales.
Ces deux pièces ne constituent pas seulement de nouveaux records pour leur série. Elles ont, semble-t-il, obtenu les scores les plus élevés jamais atteints par des monnaies arméniennes en argent et en cuivre lors d’enchères. Je n’ai souvenir que d’une seule pièce de cette époque à avoir fait mieux : un demi-tahegan en or, probablement unique, du roi Léon Ier (1198-1219), adjugé 24 200 dollars lors de la vente CNG de la collection Araratian en 1995.
La rareté de ces deux pièces de monnaie est légendaire parmi les spécialistes arméniens. L’on ne connaît qu’une dizaine de Gourgen en bronze et à peine plus d’une vingtaine de drams en argent de Constantin Ier. La plupart appartiennent à des musées et ne sont donc pas accessibles aux collectionneurs.
Ces deux merveilles ont été acquises lors de précédentes enchères. Le Gourgen en bronze, issu de la prestigieuse collection Araratian, est apparu pour la dernière fois sur le marché, lors de la mise aux enchères de cette collection chez CNG en 1995. Il atteignit alors 3 500 dollars. Le dram en argent de Constantin provient d’une vente aux enchères chez Tkalec, où il obtint 2 754 dollars en 2001.
Gourgen II (1048-1100) appartient à la dynastie des Bagratides de Lori, province de l’Arménie caucasienne. Son follis en bronze, qui ressemble aux monnaies en bronze byzantines contemporaines, est considéré comme la première pièce de monnaie frappée, portant des caractères arméniens. Probablement la seule monnaie produite par un souverain au nord-est de l’Arménie. Le regretté Dr Paul Z. Bedoukian, grand arménologue, fit ses premières armes à propos de cette pièce de monnaie, lui consacrant un article en 1952 dans l’ANS Museum Notes, prélude à une carrière de quelque cinquante années de recherches en numismatique. Cet exemplaire est exceptionnel du fait que l’inscription au revers est quasiment entièrement lisible, rival incontesté des spécimens les mieux conservés qui existent à ce jour.
Constantin Ier de Cilicie (roi de 1298 à 1299) fut un usurpateur dont le règne dura moins d’un an. Il s’empara du trône après une lutte contre son frère Smbat, arborant fièrement sur ses monnaies le glaive grâce auquel il conquit le trône. Malgré un règne troublé, l’action numismatique de Constantin fut remarquable. Il fit frapper, sous des dénominations multiples, des monnaies en or, en argent et en cuivre fort originales et très appréciées, toutes rares ou rarissimes. Peu de ses monnaies ont survécu, peut-être à cause de son règne bref et le retrait qui s’ensuivit de ses monnaies. Bien que cet exemplaire soit légèrement frappé en double et fragile par endroits, caractéristique des monnaies de cette époque, il sort de l’ordinaire par la netteté des caractères et l’inscription en cercle complète sur ses deux faces.
D’autres monnaies arméniennes ont connu une fortune tout aussi enviable lors de cette vente. Dont une série de cinq cuivres de facture grossière, mais rarissimes, de la période princière de la Cilicie arménienne (1080-1198), qui ont obtenu chacun entre 1 800 et 2 800 dollars, sans TVA. Ces cinq monnaies (lots 3468 à 3472) ont chacune non seulement dépassé les estimations premières, mais ont aussi atteint des prix bien plus élevés pour ce genre de pièces, lors de précédentes ventes aux enchères.
Plusieurs autres monnaies du royaume arménien de Cilicie, notamment des drams en argent, ont été vendus à des prix exceptionnels. Un dram en argent, au magnifique lion couronné (lot 3473), attribué au roi Léon Ier et estimé 275 dollars, a atteint 1 200 dollars, TVA inclus. Un dram de contrefaçon (lot 3475) s’est de même fort bien vendu. Bien que cette pièce provienne de façon attestée des forges de Léon Ier (et recensée comme telle), elle a fini par atteindre 100 dollars au lieu des 40 estimés au départ ! Deux drams en argent, différents et bilingues (lots 3476-3477), d’Héthoum Ier (1226-1270), ont été vendus 375 et 500 dollars respectivement, témoignant d’un engouement croissant pour cette série, en particulier sur les marchés européens.
Certaines monnaies ciliciennes tardives, principalement du quatorzième siècle, démontrent une fabrique plutôt grossière, trouvées souvent en mauvais état de conservation. Des drams et des takvorins en argent des rois Smbat (roi de 1296 à 1298), Léon III (roi de 1301 à 1308), Léon IV (roi de 1320 à 1342), Guy (roi de 1342 à 1344), Constantin III (roi de 1344 à 1363) et Constantin IV (roi de 1365 à 1373), proposés lors de cette vente, ne soutenaient pas la qualité des autres séries. En outre, les estimations données pour certaines de ces monnaies étaient quelque peu irréalistes, d’où une baisse des prix de départ. Malgré cet état de fait, certaines pièces se sont particulièrement distinguées. Par exemple, le lot 3485, un simple takvorin estampillé VF Léon III, dont on eût attendu une plus-value de quelque 35 dollars, s’est enlevé au prix incroyable de 300 dollars, TVA inclus.
Parmi ces vingt-sept monnaies arméniennes, seule une ne trouva pas preneur lors de cette vente (lot 3474, un dram double du roi Léon Ier). Elle fut néanmoins rapidement vendue à titre privé, après la clôture des enchères, à un collectionneur jusque là malchanceux.
Des acquéreurs aux méthodes traditionnelles (telles que mail, fax, téléphone et enchères sur place) rivalisaient avec d’autres en ligne sur internet, avec liaison vidéo. Ce qui permit à des enchérisseurs arméniens hors de New York de participer activement.
Les prix réalisés lors de cette vente témoignent d’une hausse substantielle des enchères en quelques années seulement. La demande et l’intérêt sont là. Les collectionneurs aux portefeuilles bien garnis commencent à apprécier le caractère historique et la rareté de ces monnaies, chassant agressivement les plus belles pièces. Signe bienvenu de la vitalité d’un marché à l’échelle mondiale pour les premières monnaies arméniennes.

_________
(Traduction G. Festa - 30.01.2009 - Tous droits réservés)
Article original : http://www.reporter.am/pdfs/AE012409.pdf
Cliché : http://cgi.cafr.ebay.ca/Armenian-Oshin-Tram-Cilician-Coin-Armenia-Coins-1308_W0QQitemZ120322095296QQcmdZViewItemQQptZLH_DefaultDomain_0?hash=item120322095296&_trksid=p3286.c0.m14&_trkparms=66%3A2%7C65%3A8%7C39%3A1%7C240%3A1318#ebayphotohosting

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.