samedi 31 janvier 2009

Spitak

© Timo VOGT – Tous droits réservés





Le tarmac rococo. L'ovni de pacotille. Cellule en contreplaqué. Qui se joue de dalles et d’ombre. Bric à brac improvisé. Fin de l’épopée ? Se donner une dernière illusion. Finalement ce petit insecte ventru. Qui se pavane. Montgolfière factice. Rivetée. Délibérément bancale. Tel un comble de fin de siècle. Car il s’agit d’un restaurant... S’arracher au provincialisme, faire feu de tout bois. S’embarquer une énième fois pour une illusion si banale. Flotter entre deux. Balle en suspens. Oubliée de quels joueurs ? La party se joue à l’intérieur. Prendre du champ. Adopter le carton pâte. Ce carrousel voyant des conformismes. Météorite de tour Eiffel. L’envers si peu lisible. Le pourquoi de ces pieux de métal. De ces obliques improbables. La modernité sur pilotis. Le campement faussement technologique. Qui se rit des chiffres, pas si éloignés. Pied de nez burlesque. En toile de fond les menaces imperceptibles. Tournoiement des hantises, glissements venus des profondeurs. Une dernière fois. Bulle de certitudes précaires. Il sera toujours temps. Exhibition d’arche. Où l’on subvertit les codes. En apparence. Sphère vide, si peu terrestre. Pesanteur d’un fruit lourd. Ecailles de poisson. Panse animale. Carapace d’oursin. Eprouver ce globe aveugle. Tourner en rond. Mesurer l’étiage. La marée toujours possible. Chaotique, cannibale. En quelques minutes. Tranches de terre. Se laisser flotter. Jeter l’ancre. Comme on jette un verre. Elément furtif, narguant les néophytes. La forteresse dissimulée. Si rassurante. Chacun regagne l’œuf originel. L’enfermement amusé, d’autant plus instinctif. Car l’horizon et ses lignes de fuite. Tant sont déjà partis. Nautilus inclassable. Aux aguets. Vigie. Agrandissons l’échelle. Logique de projectile. Jeu de go. Il a toujours fallu rassembler. Utopie de bande dessinée. De frontières. Satellite de parodie. Les fausses constellations. L’ultime parade. La bombe à retardement. Le souffle différé. Peut-être oublié. Invention de plus. Mystification. Foire exorbitée.

__________________

G. Festa - 01.2009 - Tous droits réservés

Photographe passionné et engagé, Timo VOGT a consacré de nombreux reportages au Caucase. Une approche sensible, rigoureuse et très personnelle : http://randbild.de/



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.