dimanche 8 février 2009

Daniel Varoujan




Lettre de l’éplorée

par Daniel Varoujan




Mère m’écrit : " Ô, mon cher fils, l'émigré,
Jusqu’à quand resteras-tu à l’ombre d’une lune étrangère ?
Et filent tes jours. Quand pourrai-je étreindre
Ton front égaré dans mes bras chaleureux ?

Fasse que tes pieds, que jadis je réchauffais de mes mains,
Cessent d’arpenter ces marches lointaines ;
Fasse que ton cœur, pour lequel j’ai pressé mes seins
Cesse de dépérir loin de mon cœur vide.

Mes bras vigoureux sont las du métier à tisser ;
Maintenant je tisse un voile de mes cheveux blancs ;
Oh ! que mes yeux te voient une fois encore, puis se referment
Et qu’ainsi ils recouvrent mon âme !

Toujours je suis devant ma porte, emplie de chagrin,
A chaque grue qui passe je demande de tes nouvelles,
Ce saule que tu plantas de tes propres mains
Maintenant m’offre son ombre et me protège.

En vain, chaque matin, j’attends ton retour,
Tous ces hommes courageux du village qui vont et viennent,
Passe le semeur, comme le noble berger,
Mais je reste seule avec la lune !

Abandonnée que je suis dans cette maison dévastée
J’ai soif parfois de tombeau, mais toujours de notre demeure,
Telle une tortue dont les entrailles rompues
Collent encore à la carapace.

Viens, mon fils, que revive la demeure de ton père !
Ils ont brisé la porte et vidé tout le cellier,
Toutes les hirondelles du printemps entrent
Par sa fenêtre brisée.

De tout ce nombreux troupeau, hélas !
Seul un vigoureux bélier reste encore attaché au crampon,
Dont la mère – souviens-toi, mon fils – encore agnelle,
Mangeait l’orge dans ta main.

A l’aide de délicieux flocons de riz et du ruisseau
J’entretiens sa queue splendide ;
Et d’une brosse en buis je peigne sa laine tendre,
Quel précieux sacrifice !

A ton retour, je couvrirai sa tête de roses,
Je l’abattrai en l’honneur de ta jeunesse,
Et dans son sang je laverai, mon cher fils,
Tes pieds las d’émigré. "


__________
Traduction : Georges Festa - 02.2009 - Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.