vendredi 6 février 2009

L'oeil

© Andranik Michaelian





La roue de pierre. Ressurgie. Comme flottant à l’oblique. Du puits de poussière. Série de cercles. Alternativement bruns et blancs. Galaxie oubliée. Aux planètes brutes, aplaties. Réduites à l’état de flaques. Les volumes se sont aplanis. Tropisme immobile. Où le passant est invité à fouler l’absence. Tu imagines les bruits familiers, les chants. L'épuisement. Géométrie de gestes disparus. Mécanique du labeur, l'attente des saisons. Autour de cet axe jadis en perpétuel mouvement. Tout est silencieux désormais. Reconstituer le décor. Faire comme si. Les apparences. Impression insupportable de sérénité. Ronde-bosse. La disparition informulée. Combien étaient-ils ? Les pas. L’âtre réfugié dans un angle. Lire dans cette scène un tournoiement imperceptible. Où la mémoire replace, superpose. S’approprie pour mieux conjurer. Ton utopie des origines. Le cercle parfait des harmonies. Evidées, abstraites. Broyage des jours. Mais ici nul accomplissement. La meule hors nature. Qui se dresse, observe. Hors champ. Insurrection des éléments, comme autant de postulations. Ce bas de mur humide, noirci. Ce sable laiteux, parsemé de cailloux. Angles aux arêtes droites, blocs presque désagrégés. L’étagement des pierres. Qui semblent vouloir échapper à l’emprise. Ressurgir au dehors. L’ombre du seuil. La porte invisible, toujours ouverte. Malgré le vent, la nuit. Pupille mate. Bocca della verità. Tu es parvenu à l’oracle. Eprouver les cercles concentriques. Interroger la paroi. Le moindre signe. Sommer l’imperceptible. Les règles du jeu. Tout s’inverse. Gouffres familiers. Insondables. Brouillard cannibale. Tu n’es plus invité. Les éléments demandent des comptes. Marques sombres. Cendres sous la roue. Le décor pâlit. L’effroi, la fuite. Qui regarde ? La maison reptile. Seul l’œil surgit de la surface. Tournoie un instant. Tout autour les lames de fond. Que l’homme essaie de colmater. Tant de semailles. De naufrages. Zodiaque des conjurations. Les contraires si proches. Tu as la clef. Bouclier de paix. Rosace aux mille pardons.


_______

02.2009 - George Festa - Tous droits réservés
Site : http://www.road-to-armenia.com/
Andranik Michaelian propose un voyage inspiré. Traversées arméniennes, étalées dans le temps. Quête et dévoilement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.