dimanche 15 février 2009

Opera Night

© Levon R.





Se jeter à nouveau. Larguer les amarres. Nuit érévanienne. Faite de tous tes cauchemars. Tes limites interdites. Ces cornes laiteuses irradiant la vasque sans fond. Ecrasante. Libératrice. Boire à cette fontaine. Aux multiples volutes. Vénéneuses. Mexicaines. Les dents du cobra. Qui ne se laissera pas dompter. Erevan l’insoumise. Masque tibétain. Résumé des tragédies insondables, des oublis impossibles. Cette divinité de pierre. Il te faudra affronter les marches. Les portes. T’égarer dans le labyrinthe. Fait d’inconnus, de vodka, de mots étrangers. Lèvres lourdes, épaisses. Indifférentes au temps. Erodées de désir. Devant lesquelles nul répit. Nul pardon. Opéra du Minotaure. Où se sont affrontés d’autres danseurs. D'autres sacrifices. La scène maintenant invisible. Les flammes, les cris. Tôles froissées. De ses yeux exorbités. Le reptile veille toujours. Les révolutions impossibles. Les rêves écrasés. La foule un instant debout. Il ne fallait pas transgresser les règles. Ville opéra. Aux règles secrètes, non dites. Métaphore de l’Histoire. Rendre des comptes. La raison du plus fort. Et si le monstre mentait ? Si tout cela n’était que fantasmagorie ? Rire jusqu’à l’absurde. Assemblage baroque. Proclamant la vanité urbaine. Tout n’est que désordre. Superposition de contraires. Bouche issue d’instincts inavoués. Plis carnés. Ruissellements, volumes. La nuit cannibale. Jouissances. Barekandan. Le grand renversement. Des rôles attendus. Des règles. Des hiérarchies. Savoir que le véritable opéra est là. Au détour d’un angle secret. Face à toi. Au plus près. Ecume exhaussée. Tous les visages dissimulés. La peur, l’envie. Gargouille terrestre. L’invitation au rite. Désacralisé. Païen. Gueule sexuelle. Une illusion de plus. Le bloc se dérobe à chaque fois. Les métamorphoses de la nuit. Miroir ? Troll de pacotille. Mirage. Ne pas se laisser happer. Les fausses certitudes. Nées de la crainte. Couronnée de stucs. Le théâtre urbain. Sourire de bouddha. Qui se pare un instant d’une boucle de ténèbres. Passant, approche. L’opéra est en toi. Lever de rideau.

_________

George Festa - 02.2009 - Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.