jeudi 12 février 2009

S'exils








Suivre la courbe du bras – l’apparente douceur, vous soulève – spirale en pointe – acérée – qui plonge dans la nuit de l’âme – revenir au regard – l’arcade familière, maternelle – présence issue des cauchemars enfin conjurés – puis la chevelure – ruissellement touffu, animal – alors ce bras effacé qui se perd vers l’obscur – vers nos marées nos oublis – tu es au seuil – lumière du torse des épaules – comme gonflées, nées de l’écume – début et fin – car tout autour le néant – enchâssé velours noir – l’icône s’ouvre telle une matrice – pulpe angélique – se transforme et s’anime – le film secret de nos éclats – fouiller encore une dernière fois – écarquiller soulever – ce corps recompose le signe – tu cherches la lettre anonyme – chargée de noms d’attributs – chiffre aboli – tu lis l’esquisse – initiale et définitive – reprendre l’ellipse – union des contraires – partir en tous sens – il faudra quitter cet égarement – l’accomplir – et puis ce doigt – obscène indéfendable – scandaleux – qui dévoile l’envers – de soi du monde – creuser retourner – évider se fendre – tu es convié – à la transparence – être transpercé – éprouver les muscles – se glisser – rejoindre les courants au plus intime – atteindre les vagues – de l’autre – séisme de son exil – ne plus donner de direction – barrer la route – fixer l’autre – multiplier – vois, nous allons fuir – sans réponse – l’arrêt – au bord de la nuit – entre lave et gouffre – je suis cette carte indécise – ne plus nommer – se laisser entraîner – déplier l’aile – se faire poisson, arbre, vent – fondre les éléments – car la fusion est toute proche – il suffit d’écouter – sans mot – léger – se défaire des routes – étreindre effleurer – l’instant comble – kaléidoscope fixe – cette pierre au milieu du torrent – tissus inutiles, jetés – il te faudra monter, gravir – déplier les signes – bras d’horloge – conque de la paume – retourner aux grands fonds – le pêcheur te sourit – la navigation n’aura pas été vaine – vois, l’autre main – en plein cœur – les infinis sont tout proches – chaque geste – alors sourire accepter – inviter – la haine la nuit – les errants – les promesses – le définitif – l’inexpliqué – qui te constituent – tous ces mondes – repartir, étendre le bras – comme le chef d’orchestre – qui reprend le rite – messe du monde – immergé – aérien


________

George Festa - 09.2007 - Tous droits réservés
Sur Saint Jean-Baptiste de Léonard...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.