dimanche 22 février 2009

Strates

© Vladimir GULYAN





Dériver. Jusqu’à l’écrasement. La torsion. Glaise, poussière. Ondulations fixes. Terreuses. Comme épousant les corps. Frémissement figé. La paroi sismographe. Où se sont inscrites les saisons. L’instant qui ne sera plus. Les chasses vaines. Empilées, mêlées à l’anonyme. A la nuit physique. Ici et là une avancée. Esquisses de promontoires. De toiles. Reliefs sombres. Saignée de roche. Tu suis la brèche. Déroules la pellicule. Les fleuves asséchés. Chiffres, géométries. Ne plus compter, se perdre dans la courbure. Mordre la terre. Fuir les constructions, les plans. A flanc de montagne. Comme d’autres découpent, brisent. Arrachent. Sables et cendres. L’incendie perpétuel, fixe. Qui étage ses couleurs. Lames lentes. Flaques d’écume. Degrés de l’arène. Ouverte sur le tumulte. Grottes, orbites. Lacérations, plis. La tranchée se déplie, ne cesse d’avancer. Tel un cap insensé. L’île exhaussée. Point de fuite. Invisible. Vers où se jette la masse. Les âges de la vie. Lire les rides, les émois. L’indifférence, l’audace. La falaise de merci. L’ascension facile. Trompeuse. Meurtrières. Cette forteresse ocre. Qui passera. Les submersions à venir. Refaire la route. Douceur des arêtes, les blocs friables. Piste brûlante. Forage de planète. Oubliée. Conjurer la menace subtile. Apprivoiser le monstre. Et puis ce corps obscène. Impudique. Exhibition. Lèvres béantes. Se glisser. Tu as les cartes en main. Au grand jeu. Ouvertures. Masques. Déplier cette vague. Les pages serrées du livre. Le parcours impossible. Bas-fonds. Au cœur de la fosse. Ce berceau gigantesque. Où tu te perds. Qui hante tes rêves. Tenter d’échapper. Tous ces mots. Ces gestes. Éclats incompréhensibles. De voix, de couleurs. Plonger. La rive s’éloigne. Bout de piste. Mêler les pas. S’arc-bouter. Décliner la formule. Réquisition de ce qui fut. Pics cathares. Villa de Malaparte. Poussée des siècles. Pétrir la fuite. Les jardins suspendus. Terrasses vides. Carrières innombrables. Genèse, chantier. Ce que dit éroder. Scansion des métamorphoses. Un mirage de plus. La course des éléments. Gravir les marches invisibles. Ce petit tertre. Qui voulait te barrer la route. Enjamber. Simple banc de sable. Kilomètres, secondes. L’éclair qui vient. Pluies. Traverser l’infini. Zébrer les certitudes. Ebranlement du monde. Hartavan.


GFesta - 02.2009 - Tous droits réservés

Site http://www.virtualarmenia.am
animé par Boris GASPARIAN
L'Arménie mystérieuse, mystique... - Un site exemplaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.