mardi 3 mars 2009

Falls / Chutes





Les têtes. Courbure des corps. Emmêlés, noyés. Cette écume figée. Elan. Voilures. Un instant. Arrêter la course. Se fondre dans la masse. Ils ont choisi de se réfugier là. Agrippés aux anfractuosités. Devenus lames. Tourbillon. Inverser la chute. Happer l’érosion. Multiplier les éclats. Soulever la lumière neigeuse. Communion d’atomes. Au plus sombre. Telle une photographie rompue, mate. Multitude en suspens. Qui interroge la montagne. Le flot issu des profondeurs. Que l’on croyait perdu. Maudit. Les silhouettes blotties. L’écoulement incalculable. Ici nul chiffre. Tout échappe. Les logiques devenues folles. Leurs cartes trop certaines. Révélations des précipices. Où tout se résout. Se simplifie. Ce bouillonnement si familier. Buée sur la vitre. Hauteurs improbables, fuyantes. Abruptes. Rugissement de blocs noirs. Contourner l’arête. Lire cette fantasmagorie. Qui projette ses répétitions. Comme d’autres multiplient leurs silences. Masques, visages. Chapelle éployée. Dont les prières se jettent. En plein vertige. Réveil brutal. Les anges liquides. Venus se mêler à l’abîme. Pétroglyphes de vie. Recomposer la pyramide. Informe, décalée. Composition de creux, de mousses. Ecrasement, perdre pied. Devenir flux. Ecoulement. Sécrétion. S’étourdir. Chevelures. Irriguées de signes brefs. Là se joue la chute ou l’ascension. La pierre se fait rasoir. A chaque instant la menace se glisse. Dévorations. Engloutissements. Dérives puissantes. Irrépressibles. L’inaccessible. Faire sien ces gouffres. Perdre pied. Se laisser emporter. Dialogue d’ombre et de chaos. Ronde-bosse. Baptême panique. Tour à tour onde et vent. Mêlé à des millions d’autres. Force des hasards. Les gestes de fusion. Epousailles noires. Aurores des corps. Totalité aimante. Cuisses repliées. Epaules. Creux interdits. Jaillir de l’écume. Tu te soulèves. Traversé. Totalité de velours bleu. Fosse aux miroirs. Orgues des chairs. Soudain tu réalises. Le rideau de scène. L’opéra baroque. Détail d’une composition. Si vaste. Dont les lignes s’effacent. Mirages d’une disparition lente. Exister bondir jaillir. Les orants tournés vers la roche. Qui ne regardent plus les vivants. Exorcisant l’impossible. L’advenu. Irruption, mirage. Dévoilement. Convoquer l’ombre. La rive. Les formes muent à nouveau. Foule festive. Epousailles, naissances. D’autres arrivent. Viennent se mêler. Se font oiseau, porte, chevelure. Mise en perspective. Improbable tour de Babel. Inversée. Les appels vains. Dénouer le fil. Savoir que cette fine pellicule d’eau se multiplie. Chaque seconde. Kaléidoscope. Orage de rémission. Avant de gagner la haute mer. Rester encore. L’origine première. Conjurer la perte. Sainte Famille des noyés. Qui remontent la source.

______

GFesta - 04.03.2009

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.