lundi 23 mars 2009

Procession

© Michael Gfoeller



Face au mur de lave. Irrigué de sang. Milliers de cellules vivantes, qui s’agglutinent, condensées, puis se dispersent. Cette flaque striée, ciselée. Les signes affleurent. Marqueterie mobile. Sceaux. Brûlures. Fragile rideau de scène. Derrière lequel se dissimule l’innommable, le miraculeux. Tous ces ciels. Mêlés de ténèbres et de souffles. Rougeoiement sourd. Lent. Comme soumis à un feu secret. Du plus profond des souffrances. Alors le souvenir. Ces éclats fixes, flous. Qui se succèdent. Pellicule des âges. Tes proches. Qui t’ont précédé. Parcourir l’orbe. L’arche légère. Les instants éblouis. Naissances, main tendue. Les six postulations. D’une ombre à l’autre. Plis du don. Lumières de l’arrivée. Les témoins de ce qui adviendra. Tout autour l’enceinte d’azur. Orangée. Telle un méandre. Irriguant l’île à jamais perdue. Ressurgit ça et là. Hauteurs béantes du front. Cette scansion silencieuse. Qui ne s’arrête jamais. Les messagers. Convocation du souvenir. Apparitions. Grandir, apprendre, l’âge d’airain. Rejoindre l’infini. La courbure des mondes. Dialogue de la pierre et des sens. Tournoyer parmi l’incendie. Des temps qui fuient. Le bouillonnement reprend. Ce mur qui ne se résigne pas. Frémissant de toutes les attentes. Les accomplissements inespérés. Refuser les servitudes, l’oubli. Tenir debout. Grammaire des gestes. S’approcher. Ils sont venus. Triomphant à nouveau. De la nuit, des brisures. L’effondrement toujours possible. Reprennent leur marche. Ils n’ont cessé d’accompagner. Tes labyrinthes, tes écrasements. Silhouettes de merci. Leur lumière éparse. Ecume de nacre. Empreintes charnelles. Déposition des corps. Le négatif oublié. Il te suffisait d’entrer. Les âges de l’homme. Qui t’interrogent. Exhaussement de roche. Qui échappe. Soulever les pesanteurs inutiles. Devenir lumière. Glisser au-dessus du pont invisible. Où tu devines tant d’abîmes. Eboulis, prisons. Portes condamnées. Les piliers de déréliction. Le monde semblait si léger. Coagulation sombre. Cristallisation ocre. Braises. Du fond de la nuit. Mobiliser toutes tes forces. Scintillement. Cette frise de pardon. Quels que furent les égarements. Les mirages. Offrandes inédites. Ceux qui ont tout donné. Meurtris, méprisés. Résurrection des ombres. Ne fût-ce qu'une seconde. L’éternité. File des réprouvés. Des élus. Salut des âmes vives.


G. Festa - 03.2009 - Tous droits réservés
_____

Site : http://www.virtualarmenia.am/
Animé par Boris GASPARIAN
L'Arménie mystérieuse, mystique... Un site exemplaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.