vendredi 13 mars 2009

Missak Medzarents



Prière pour l’année nouvelle

Missak Medzarents




Donne-moi, Seigneur, cette sorte de bonheur à nul autre pareil
Que je puisse sur ma route le cueillir telles ces fleurs
Chaque jour dans le regard d’autrui.

Donne-moi, Seigneur, cette joie à nulle autre pareille
Et que je puisse, tel l'enfant jouant d'allumettes,
La voir illuminer le visage d'autrui.

Donne-moi, Seigneur, cette joie à nulle autre pareille
Que je puisse la suspendre telle une cloche à chaque porte
Et que je puisse en ceindre tel un ruban chaque porte.

Donne-moi, Seigneur, cette joie à nulle autre pareille,
Que je puisse, telle une lampe, l'allumer parmi
L'obscurité étoilée, sur chaque toit, chaque cabane.

Donne-moi, Seigneur, cette joie à nulle autre pareille,
Que j'en fasse l'autel sacré de mon âme,
Et que je l'embrase, tel un encens parfumé.

Donne-moi, Seigneur, cette joie à nulle autre pareille,
Qu'elle ne soit que pleurs et sanglots d'autrui
Et que je m'étouffe, tandis que s'éteint le son de mon clavecin.

Donne-moi, Seigneur, cette joie à nulle autre pareille,
Qu'elle se fasse le chant de mon assentiment,
Que je me retire au sein glacé du Moi, messager de deuil.

Donne-moi, Seigneur, cette joie à nulle autre pareille,
Et qu'à ma table, chaque pain
Soit béni d'une croix de joie.

Donne-moi, Seigneur, cette joie à nulle autre pareille,
Que j'en frappe le roc de mon coeur, tel un sceptre
Faisant jaillir l'onde de la béatitude infinie.

Donne-moi, Seigneur, cette joie à nulle autre pareille
Et que sur les flots, tel un filet, je la déploie
Telle une charrue déployée parmi les sillons.

Donne-moi, Seigneur, cette joie à nulle autre pareille
Que j'en imprègne telle la pluie chaque champ
Tel un soleil embrassant tout l'horizon.

Donne-moi, Seigneur, cette joie à nulle autre pareille
Qu'en l'étreignant je devienne chasseur d'idéal
Naviguant sur mon radeau vers la lumière.

Donne-moi, Seigneur, cette joie à nulle autre pareille
Que je la recueille dans l'âme des anciens, des vierges, de l'enfant,
Des hommes simples, des paysans, de l'ouvrier.

Donne-moi, Seigneur, cette joie impersonnelle
Que je la recueille dans l'âme de chacun, dans chaque recoin
De l'âme universelle, en tous moments.

Depuis les routes, les fleuves et les champs,
Depuis les bois, les montagnes et les vallées,
Depuis les toits, les maisons et les portes,
Donne-moi, Seigneur, cette joie à nulle autre pareille.


_______

Traduction : GFesta - 03.2009


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.