dimanche 5 avril 2009

24 Avril 1919

Église Sainte-Trinité, Péra, Constantinople (Istanbul)
© www.istanbul-guide.net


Aux origines d’une commémoration :
90ème anniversaire du 24 Avril,
journée de deuil et de commémoration du génocide arménien

(
Massis Weekly, 04.04.2009)


2009 marque le 90ème anniversaire du 24 Avril en tant que jour de commémoration. Voici l’histoire de cet important événement.
En mars 1919, un groupe d’intellectuels arméniens ottomans, survivants du génocide arménien, constituèrent un comité à Constantinople. Le principal objectif de ce comité était d’organiser des cérémonies de commémoration dédiées au 4ème anniversaire du génocide arménien. Ce comité, connu sous le nom de « Conseil de commémoration funèbre du 11 Avril » comptait treize membres, dont Yevphime Avetisian, Zaruhi Galamkarian, Mari Stambulian, Perchuhi Parsamian, Mlle Arpiar, Tigran Zaven, Merujan Parsamyan, Hakob Siruni, Gevorg Mesrop, Tagvor Suqiasian, le Dr Barsegh Tinanian, Shahan Perperian et Hovhannes Poghosian. Grâce à leurs efforts, la mémoire des victimes du génocide arménien fut commémorée parmi les Arméniens de Constantinople, pour la première fois, en 1919. Hakob Siruni, écrivain arménien, journaliste et personnalité très connue alors, écrit dans ses mémoires : « Cette cérémonie de deuil devint une tradition. Depuis, le 24 avril fut adopté comme symbole de deuil. »
Selon le comité, les cérémonies de commémoration étaient censées avoir lieu du 11 au 18 avril, mais comme le Patriarche arménien était alors malade, le délai fut réduit à une journée. Monseigneur Mesrop Naroian organisa un office liturgique pour les victimes du génocide arménien du 15 au 25 avril en l’église de la Sainte-Trinité, dans le quartier de Péra à Constantinople. Le Patriarche arménien de Constantinople, Zaven Eghiaian, prononça un sermon. Lors de cette journée proclamée « jour de deuil », toutes les écoles et tous les magasins de la communauté arménienne de Constantinople furent fermés. Des représentants de l’Église grecque de la Sainte-Trinité, le Révérend Père Takhtadgian et d’autres lurent des déclarations publiques durant la cérémonie.
L’après-midi, l’assistance se rendit à l’église évangélique arménienne de la Sainte-Trinité, située dans le quartier de Cheshme. Après l’office, la cérémonie de deuil eut lieu, marquée par des discours, des lectures et de la musique sacrée. Shahan Perperian lut un exposé introductif au nom du Comité de commémoration du deuil, suivi par des représentants de partis politiques arméniens, dont Vahan Zeituntsian (parti social-démocrate Hentchak) et le professeur H. Hakobian (parti Ramgavar), le Dr Khandjian de l’Union des Médecins, Gevorg Mesrop de l’Union des Enseignants, ainsi que beaucoup d’autres. Les discours étaient entremêlés de lectures et de musique sacrée. Un volume intitulé Mémorial pour le 11 Avril fut publié à Constantinople par O. Arzumanian en 1919. Il fut édité spécialement à l’occasion de cette journée de deuil. Cet ouvrage comprenait les biographies, les photos et des inédits des Arméniens martyrs de Constantinople et d’autres provinces.
Cette première commémoration en l’honneur des victimes du génocide arménien à Constantinople ne fut pas la seule. Le 24 avril 1919, à nouveau en l’église de la Sainte-Trinité à Péra, un nouvel office liturgique fut organisé dans le même but. Il fut célébré par le Patriarche arménien, commémorant cette fois les missionnaires américains martyrs de la Première Guerre mondiale. Des représentants de l’ambassade des États-Unis en Turquie – messieurs Heike et Faull -, un journaliste du Times, le colonel Bennett, et d’autres participèrent à cette cérémonie.
Le lendemain, le 25 avril, une cérémonie similaire, dédiée aux martyrs du génocide arménien, eut lieu en l’église catholique arménienne du Vatican, avec l’approbation du Saint-Père. Toute la communauté arménienne d’Italie était présente, ainsi que plusieurs cardinaux et évêques (en tant que représentants du Pape), des membres du gouvernement italien, le ministre de l’Éducation M. Ludzatti, le président du Parlement M. Lonbardo, le vice-ministre des Affaires étrangères, l’ambassadeur de France en Italie, ainsi que d’autres officiels.
Depuis cette première commémoration en l’honneur des victimes du génocide arménien à Istanbul, le 24 Avril fut officiellement adopté en tant que « Jour de deuil et de commémoration ».


Source : http://www.massisweekly.com/Vol29/issue11/pg11.pdf

Traduction : Georges Festa - 04.2009 - Tous droits réservés