dimanche 17 mai 2009

Ossip Mandelstam



Guérir des blessures est si dur



Guérir des blessures est si dur
Elles aspirent l’air et empoisonnent le pain.
Le jeune Joseph qui fut vendu en Egypte
Ne connut pas de tristesse plus mortelle !

Sous le dôme étoilé les nomades
Les yeux mi-clos, à cheval,
Composent des sagas, tandis qu’ils errent,
Sur le jour qu’ils ont vaguement traversé.

Leur inspiration n’a besoin que de peu de choses
L’un a perdu son carquois dans le sable ;
Tel autre a changé de cheval… Paisiblement
La brume matinale se dissipe

Et si un chant peut simplement gagner
Ton cœur de sa grâce imprévisible,
Alors tout s’évanouit – eux seuls règnent
Les étoiles, l’aède et l’espace !


Ossip Mandelstam

_________

Traduction : Georges Festa – 17.05.2009