jeudi 14 mai 2009

Vahagn Grigoryan

Vahagn Grigoryan
L’ultimo viaggio di Vostan
Roma : Edizioni Studio 12, 2009

par Mariam Eremian
(Akhtamar on line, 15.05.09)



L’ultimo viaggio di Vostan [Le dernier voyage de Vostan], de l’écrivain arménien contemporain Vahagn Grigoryan, est un récit caractéristique sur la survie humaine, dans la rédaction composite duquel - pour autant que le discours respecte les canons du récit de voyage, lequel dicte toujours des conditions élémentaires d’implantation, avec un point de départ, un point d’arrivée et une motivation qui les relie -, et dans la langue duquel des réflexions particulières s’entrecroisent et se poursuivent : réflexions de l’auteur surtout, partant du personnage principal Vostan, l’aller ego de Vostan, et enfin des autres protagonistes du livre, jusqu’à des tiers ; des réflexions donc sur le passé, le présent et l’avenir, et des réflexions quotidiennes et routinières, fantaisistes et imaginaires, philosophiques et équilibrées, littéraires et savantes. Ainsi, outre une élaboration narrative toute personnelle, liée au personnage, vibrent des notes hautement philosophiques et des considérations d’ordre universel.

Cette succession de réflexions, très souvent soudaines, procédant par d’imprévus sauts temporels, ont été rendues et mises en évidence dans la traduction italienne, utilisant de temps à autre des formes verbales considérées comme plus adaptées et conformes à l’intention de fournir au lecteur une sorte de clé de lecture, tant pour le récit dans son intégrité que pour les réflexions qu’il contient, afin de transmettre et rendre palpable la réalité arménienne représentée dans le récit.

A travers Vostan, personnage qui appartient à l’imaginaire collectif d’une certaine culture et d’un certain discours arménien, et à travers son voyage vers l’Arménie, l’auteur met en évidence le sens de son identité occultée par la passion qui inspire dans ce « voyage » le malaise et le « sentiment de culpabilité » que ressent chaque Arménien lorsqu’il se retrouve vivant hors des frontières de sa patrie, cette patrie où il veut à tout prix, tôt ou tard, revenir.

Je saisis cette occasion pour exprimer ma profonde gratitude à mes deux amis, le Dr Luigi Vecchi et le Dr Raffaele Aufiero, qui m’ont accompagnée avec beaucoup de dévouement et de professionnalisme durant la réalisation de cet ouvrage.


Vahagn Grigoryan est né en 1942 et a publié son premier livre à 22 ans. Il est l’auteur d’une vingtaine de recueils de récits et de nouvelles. Il est surtout connu pour ses romans Le Reflux, Les Ténèbres, La vie et la mort du condottiere, Le Fleuve du temps.
Il écrit aussi pour les enfants. Ses œuvres ont été traduites en plusieurs langues, lui valant de nombreuses distinctions littéraires.
La publication de ce roman est né d’une collaboration entre l’ambassade de la République d’Arménie et le ministère italien de la Culture. Vient d’être traduit parallèlement en arménien l’ouvrage de Raffaele Aufiero, Gaspar re di Dio [Gaspard roi de Dieu], toujours aux éditions Studio 12.

__________

Source : http://www.comunitaarmena.it/akhtamar/akhtamar%20numero%2074%20(15%20maggio)%20.pdf

Site des éditions Studio 12 : http://www.studiododici.org/

Traduction de l’italien : Georges Festa – 05.2009 – Tous droits réservés