mardi 23 juin 2009

Yunus Emre - II

© www.fabiovisentin.com


Ev ashiklar
Amours, chers amours



Amours, chers amours,
la secte d’amour, voilà ma religion,
lorsque mes yeux de mon Bien-aimé voient le visage
en joie toute peine se change pour moi.

Seigneur, ô mon Seigneur,
depuis qu’à Toi je me suis donné,
du commencement à la fin
Tu es toute ma vie et ma richesse.

De cet esprit et de cette âme la source
T’accompagnait au commencement,
Tu es commencement, fin
et tout ce qu’ils referment
au-devant de Toi je ne puis qu’aller.

De Toi je m’éloigne et vers Toi je vais,
ton nom en Toi ma langue prononce,
et pourtant Te toucher je ne puis,
de crainte cette sagesse divine me saisit.

Mon nom je n’appelle plus
nul je n’appelle
si l’un est domestique je ne puis dire
ou l’autre seigneur
de sens cela est dénué.

Depuis qu’auprès de mon bien-aimé l’amour j’ai trouvé
à mes yeux ne font qu’un l’univers et l’autre monde
et si
sur l’éternel commencement et l’éternelle fin Tu m’interroges,
ils sont le bel aujourd’hui et le lendemain.

Pleurer désormais ne puis-je
ni de mon cœur assombrir les profondeurs
de la Vérité j’ai entendu l’écho
jamais cet instant je n’oublierai.

Fasse que Ton amour je n’oublie,
fasse que de Ton seuil je ne m’égare,
et si je me perds,
fasse qu’en Toi je me retrouve.

Mon Créateur bien-aimé m’a créé, puis ici-bas m’a envoyé
va, m’a-t-il dit, considère le monde,
alors du monde la beauté je suis allé voir,
fasse que ceux qui T’aiment
jamais du monde ne se satisfassent.

Voilà ce qu’à Ses serviteurs il dit,
demain tu Me verras
cependant écoute, de Ses amants
le lendemain, voilà mon aujourd’hui.

Pour qui d’autre une telle sagesse
au prix de tout cet amour ?

Et si un jour connu cela devait être,
en parler nul ne peut
vers Toi je tourne mon cœur.

Tu es mon âme et mon univers,
Tu es mon trésor et ma richesse,
de Toi vient tout ce que je gagne ou perds,
miens ne sont plus mes actes.

Vers Toi Yunus tourne son visage,
qui il est oubliant complètement,
et lorsqu’à Toi Tu parles,
c’est Toi qui me parles.


____

Source : http://www.bilkent.edu.tr/~dmehmet/wises/yunus/poems/poem6.htm
Traduction : Georges Festa – 06.2009 – Tous droits réservés