mercredi 29 juillet 2009

Alair Gomes

Alair Gomes – Nu masculin – Photographie
© www.galeriabergamin.com.br


Alair Gomes – A New Sentimental Journey 1983

Maison Européenne de la Photographie, Paris, 24.06-30.08.09



Et j’ai bu des vins forts, comme seuls
savent en boire les vaillants de la volupté.

Constantin P. Cavafy, Poèmes
Trad. G. Papoutsakis, Les Belles Lettres, Paris, 1977


Journal visionnaire, habité de corps et d’ombres de pierre, A New Sentimental Journey ou l’appel au vertige. Instants fragmentaires d’extase, éclats d’obscénité ou lente irruption d’un éros brutal, sombre. Rite gnostique de fécondité silencieuse. Italies de Sade.

Car la statuaire opère ici un écrasement, une torsion, un renversement cathartique. Etranger à des codes épuisés, Alair Gomes s’intéresse à la force d’attraction, au soubassement désirant, à ce que l’œuvre convoque de plus interdit, de moins nommé. Dépasser.

Partir d’une perspective inédite, scandaleuse au sens premier, désarçonnante, où l’œil trébuche, dérape, suit. Métamorphose du solaire en minotaure, assomption du coup de grâce. Dissolution des règles convenues. Animalisation de la gloire.

Hercule et Cacus, place de la Seigneurie, Florence. Vu de dos. Fesses et cuisses dominant l’espace. Il ne s’agit plus du groupe de Bandinelli. Buste découpé, victime réduite à l’état de masse informe. Complaisante. Rite orgiaque de dépense. Corps souverain.

David de Michel-Ange. Polyptique de 20 clichés, faisant se succéder buste, torse, pubis. Comme pour scander une icône trop domestiquée, dénoncer l’imposture, la trahison. Réduire au plus près le mythe héroïque. Dos nocturne, cuisses massives, nervures de la coupole.

Esclave endormi. Esquisse de glaise marmoréenne. Là encore il ne s’agit plus de proclamer, d’extraire, de célébrer. L’homme pèse de tout son poids, horizontalement. Lâche prise. Ne répond plus à l’injonction. Courbe le bras, étend le ventre. Se féminise. Enceint de rêve.

Sourire étrusque d’une seconde ébauche. Parade ensommeillée. Corps éployé, mamelon droit. Comme suspendu, lié. Yeux clos. Ou grands ouverts. Tout est advenu. Adviendra. Hanches repliées vers la gauche. Nacelle marine. Egarements sûrs. Echapper.

Groupe du Laocoon. Où l’irruption du serpent somme la fin du père. Dénoue les ultimes lois. Convoque les séismes intérieurs. Ou encore cette Gorgone Méduse du Bernin, troublante androgyne, couronnée de viscères et de priapes. Vision délirante. Kitsch extatique.

© GeorgesFesta – 07.2009

Maison Européenne de la Photographie
5/7 rue de Fourcy - 75004 Paris

www.mep-fr.org