dimanche 19 juillet 2009

George Stambolian


Actualité de George Stambolian

par Georges Festa



Si les études queer font désormais autorité et ont droit de cité, du moins dans le champ universitaire, il convient de rappeler les études pionnières de Georges-Michel Sarotte, Eve Kosofsky Sedgwick, Richard Dellamora ou encore Paul Julian Smith (1).
Parmi ces précurseurs, le parcours de George Stambolian (1938-1991) s’impose au lecteur contemporain.
Arménien américain de seconde génération – il évoquera cet héritage familial de Bridgeport (Connecticut) dans une courte nouvelle, In My Father’s Car, publiée dans le troisième volume de l’anthologie Men on Men (2).

Première étape de cette œuvre de défricheur, sa thèse de doctorat, Marcel Proust and the Creative Encounter, soutenue à l’université du Wisconsin en 1969 et publiée trois ans plus tard (3). Choix vingtiémiste, qu’il poursuivra à Paris en tant que boursier Fulbright, puis au cours de sa carrière d’enseignant au Wellesley College (Massachusetts), durant un quart de siècle (1966 – 1991) et qui donnera lieu à deux publications marquantes collectives : Twentieth Century French Fiction : Essays for Germaine Brée (New Brunswick, NJ : Rutgers U. Press, 1975) et Homosexualities and French Literature, en collaboration avec Elaine Marks (Ithaca, NJ : Cornell U. Press, 1979).

Il n’est pas inutile de rappeler l’incidence déterminante de ces ouvrages pour l’intégration des études queer au sein des institutions de recherche – l’influente Modern Language Association – et des départements d’études universitaires. Citons en 2009 le portail Teaching Queer Literature, proposé par un collectif de Yale, tandis qu’un guide méthodologique est accessible en ligne par l’université du Delaware (4).

Outre le champ littéraire, Stambolian explore la photographie - The Homoerotic Photograph, en collaboration avec Allen Ellenzweig (Columbia U. Press, 1992) – et la sociologie : Male Fantasies/Gay Realities : Interviews with 10 Men (Sea Horse Press, 1986), thématique qui renoue avec l’approche socio-politique de ses débuts à l’université (diplôme de Relations Internationales au Dartmouth College). Autant d’entreprises qui opèrent un lien fictionnel entre biographie, identité et mutations sociales.

Troisième dimension, et non des moindres, la publication d’anthologies de littérature gay : trois premiers volumes de la série Men on Men, en 1986, 1988 et 1990 (éditions New American Library). Comme le note Mur Wolf, George Stambolian souligne la triple ambition de cette prise de parole collective : « Le terme de fiction gay ne se réfère pas seulement à un impressionnant corpus d’œuvres, mais vise aussi l’émancipation d’un sujet complexe et le droit de toute une communauté à user librement de son imagination. » (5)

Citons pour le seul premier volume les noms de Robert Ferro, Andrew Holleran, Felice Picano, Edmund White, Dennis Cooper, John Fox, Robert Gluck, C.F. Borgman, Kevin Killian ou Wallace Parr. Une thématique abordant le contrat amoureux, les rapports entre identité et mort, désir, force et faiblesse.

L’œuvre de George Stambolian est ainsi empreinte d’une marque double : transversalité et dissémination. Outre de nombreux entretiens, interventions et recensions critiques parus dans la presse périodique – Christopher Street, New York Native et The Advocate, entre autres (6) -, l’œuvre manuscrite propose de même aux chercheurs un domaine encore largement inexploré, tel le fonds Stambolian de la New York Public Library (7) et de nombreuses correspondances privées (8).


Notes

1. Georges-Michel Sarotte. Comme un frère, comme un amant – L’homosexualité masculine dans le roman et le théâtre américains. Paris : Flammarion, 1976
Eve Kosofsky Sedgwick. Between Men. Male Homosocial Desire and Literature. New York : Columbia University Press, 1985. Rééd. 1992.
Richard Dellamora. Masculine Desire. The Sexual Politics of Victorian Aestheticism. Chapel Hill : The University of Noth Carolina Press, 1990.
Paul Julian Smith. Laws of Desire : Questions of Homosexuality in Spanish Writing and Film, 1960-1990. Clarendon Press et Oxford University Press, 1992.
2. Men on Men 2 : best new gay fiction. New York : New American Library, 1988.
3. Chicago : University of Chicago Press, 1972. 252 p.
4. Un incontournable, le portail http://www.queertheory.com/
5. Mur Wolf : « George Stambolian », in :http://www.wellesley.edu/Anniversary/stambolian.html
6. Id.
7. http://www.nypl.org/research/chss/spe/rbk/faids/stambolian.pdf
8. Citons, entre autres, le témoignage de Jess Anderson (Madison, Wisconsin) : http://www.jessanderson.org/doc/george.html