samedi 8 août 2009

Centre Arménien d'Art Expérimental Contemporain

© Tigran Arakelyan – Untitled – Installation, 2008
Centre Arménien d’Art Expérimental Contemporain, Erevan


Emanciper l’art de l’intellectualisme
Une exposition récente à Erevan met en scène les œuvres de trois générations d’artistes en rupture

The Armenian Reporter, 18.10.2008


EREVAN – Promouvoir une « expression artistique non frelatée », tel était l’objectif d’une récente exposition (2 sept. – 4 oct. 2008) au Centre Arménien d’Art Expérimental Contemporain (CAAEC) d’Erevan.
La conservatrice Sonia Balassanian, fondatrice et directrice artistique du CAAEC, explique qu’elle « a invité les artistes à créer un art qui soit issu de leurs émotions et expériences vraiment personnelles plutôt qu’inspiré de quelque « savoir commun » et de paradigmes socialement acceptés ».
Résultat, « Changements sous tension », l’exposition collective 2008 d’art contemporain au CAAEC. Sonia Balassanian organise et supervise chaque année, depuis 1992, ce genre de manifestations en Arménie.
Une large palette de moyens d’expression était présentée au public : peinture, sculpture, installation, art vidéo, mise en scène, combinaison à deux ou plus.
Selon Sonia Balassanian, cette exposition fut d’une grande richesse, à plusieurs strates, comportant maintes paraboles et métaphores latentes et explicites.
Certaines œuvres, note-t-elle, étaient des récits « introvertis » ou autobiographiques, abordant des questions personnelles, des sentiments et des préférences intérieures. D’autres œuvres s’intéressaient à des problèmes plus vastes, d’une signification globale.
« Les artistes sont censés refléter leur ressenti intime et leur vécu de première main d’une façon directe et spontanée, sans être influencés de l’extérieur, poursuit Sonia Balassanian. Or ce n’est pas toujours le cas. Il existe de nombreux éléments « extérieurs » qui exercent un impact conscient ou subconscient sur le travail de l’artiste. »
La religion et la politique sont deux exemples, note-t-elle, qui tendent à poser des restrictions, « morales ou autres », sur le comportement des gens et les modes d’interaction sociale.
« Les mass médias et les instruments de propagande sont conçus afin de disséminer et imposer des visions du monde toutes faites, poursuit-elle. Résultat, un individu membre de la société, qui peut avoir des principes ou des convictions différentes, est contraint d’endurer les souffrances que lui imposent des normes et des mœurs qui ne relèvent pas nécessairement de ses choix, ses préférences, ses croyances personnelles ou son code éthique. »
Dans « Changements sous tension », le public découvrait le concept de sacrifice de soi opposé à la posture égoïste du sacrifice des autres, accès de révolte contre une psychologie d’obéissance timorée.
Teni Vartanyan, peintre accomplie, était l’une des artistes participants. Son installation se composait d’une énorme structure recouverte de fleurs fanées ramassées sur des tombes. Une bande vidéo altérée illustrait le processus de collecte des fleurs. Pour ceux qui ont vu cette œuvre, elle transmettait un sentiment triste de futilité et d’un passé révolu à jamais.
Sonia Balassanian participait aussi à l’exposition avec une installation multimédia. Sept moules en bronze étincelant de têtes d’agneaux sacrifiés étaient installés sur des murs, tandis que des projections vidéo sur petit écran montraient continuellement du bétail en mouvement et beuglant et des troupeaux d’agneaux.
Pour l’artiste, son installation symbolise la guerre et le sacrifice, ainsi qu’un sentiment d’impuissance. Sonia Balassanian dresse un parallèle avec la Toison d’Or issue de la mythologie grecque et son symbolisme de malheur, de douleur et de vengeance meurtrière exigée par des dirigeants stupides, tandis que les foules suivent et se soumettent avec obéissance au destin.
Les œuvres « extraverties » de cette exposition reflétaient les questions sociopolitiques et écologiques légères et graves qui hantent la psyché des artistes. Parmi les sujets abordés, les inégalités économiques, la liberté d’expression et d’association.
L’œuvre d’Arthur Sarkissian, Closed Session, se composait d’une rangée de sept chaises, supportée chacune par quatre ampoules allumées. Le travail de Sarkissian, explique Sonia Balassanian, est une référence satirique aux décideurs imbus d’eux-mêmes, détachés des citoyens pour lesquels ils prennent des décisions.
Les artistes David Kareyan et Diana Hagopian, un couple qui crée des installations conjointes, présentaient un mur recouvert de boue avec deux judas, obligeant le spectateur à se pencher pour voir au travers. Derrière chaque judas se trouvait un écran de télévision montrant respectivement l’image d’une femme et d’un enfant en train de jouer. Près du mur figuraient plusieurs robes du soir couvertes de boue, oscillant doucement à partir de cintres.
Deux artistes de la génération la plus jeune, Tigran Arakelyan, 16 ans, et Sargis Hovhannisyan, 22 ans, proposaient une structure faite de pailles à boisson. Cela ressemblait à une masse robuste et néanmoins transparente et légère, peut-être un homme, placée au milieu de la galerie.
Sargis Hovhannisyan présentait plusieurs découpages miniatures en carton, de différentes dimensions, représentant des fenêtres, disséminés sur le sol dans un angle. Des figurines et des objets en carton surgissaient de ces fenêtres.
Sonia Balassanian explique avoir réuni trois générations d’artistes contemporains pour cette exposition. Depuis 1992, rappelle-t-elle, les manifestations collectives du CAAEC ont exposé aussi bien des artistes plus expérimentés et avancés que d’autres, plus jeunes et nouveaux venus. L’objectif du Centre est de faciliter la transmission de savoir-faire, d’expérience et de maîtrise en direction des jeunes artistes, sans l’inhibition ou les stigmates attachés aux relations professeur-étudiant ou maître-disciple.

___________

Source : http://www.reporter.am/pdfs/C101808.pdf
Diaporama de l’exposition Undercurrent Shifts [02.09 – 04.10.08, direction : Sonia Balassanian et David Kareyan] sur le site du Centre Arménien d’Art Expérimental Contemporain (CAAEC) :
http://www.accea.info/en/events/exhibitions/list/photos/34/754/763/385/
Traduction : © Georges Festa – 08.2009.

Centre Arménien d’Art Expérimental Contemporain – NPAK
1/3 Pavstos Biuzand Bd, Erevan – Arménie
81 Murray Street, New York NY 10007 - USA

www.accea.info