vendredi 25 septembre 2009

Xavier Lucchesi

© Xavier Lucchesi – R11

Xavier Lucchesi ou la transgression du regard

X rays – Xavier Lucchesi

LM Galerie, Paris
10.09 – 15.10.09

par Georges Festa


Nothing exists until or unless it is observed. An artist is making something exist by observing it. And his hope for other people is that they will also make it exist by observing it. I call it creative observation. Creative viewing.
William S. Burroughs


Qu’en est-il du voir ? Donner à traverser, dépasser. De la série des androïdes au bestiaire de Buffon, des collections du Quai Branly aux décryptages de Picasso, de ses péniches abstraites aux radioportraits hallucinatoires, les « thermographies » de Xavier Lucchesi déroulent un itinéraire visionnaire, à la fois surgissement et dévoilement. Une esthétique de l’apocalypse, ombres inédites et mises à nu, décomposition et effraction.

R11 – De son regard métallique l’homme suspendu à des crocs. Invisibles. Squelette recomposé, désarticulé. Avatar de Frankenstein. Poumons noirs, à l’encre diffuse. Fragments de bras, tronc haché de vertèbres coupantes. Puzzle médical. Convoqué une dernière fois. Je te salue, passant. Ou victime. Autoportrait de morgue. Les Saints Suaires d’après-Auschwitz. Préparés pour le massacre. Fulguration ocre. Conjugaison d’éclairs. Entrelacés. Mélange.

S 06 – Sphère bleuie du crâne. Auréolée de vibrations tactiles, radioélectriques. Allongé ou debout. Réduit à l’état de flaque humaine. Seuls les deux globes pulmonaires. Gonflés, luisants. Poches lactées. Se substituant à toute autre fonction. La machine respiratoire. Masses de ventricules extrapolés. En apesanteur. Les superpositions. Cachant bras et paumes. Dernière prière d’avant la disparition. Immersion. Ou lévitation dans la nuit. Transcendance.

S 07 – Visage ovale, ampoule. Les éléments mécaniques, imbriqués. Décapitation blanche. De ses mains noircies. Ce robot gonflé d’eau. Juché sur d’invisibles ressorts. Quel exorcisme s’annonce ici ? Parade muette. Pivot bleu du dos. Transparence des fluides corporels. Dissection polaire. Essence sphérique de volumes disparus. Gouffre se substituant au nez. Reconstitution ou amputation. L’Eve future. Grammaire muséale. Enième pantin bionique.

C-CA – L’humain violoncelle. Bleui d’éclairs. Attirant à lui une forme animale. Indistincte. Masses sombres, étagements. Les circulations d’affects. Deux univers improvisant l’accolade. Les courbes se fondent, s’opposent. Fusion d’effroi. Hécate et ses chiens. Silhouette consumée de cendre et de pluie. Surbrillance de la vision. Gnose pythique. L’asservissement amoureux. Rectangle aveuglant. Au bord du gouffre. Les ultimes vitraux. D’Hiroshima.

C-Cela – Le couple béant. Ou l’alphabet imaginaire, corporel. Lettre déployant ses volutes. En déplacement incessant. Prélude. Ou hurlement. Molécule démesurément agrandie, élément d’architecture ? Bétonneuse ou corps replié ? Ce qui ressort de l’informulé. L’étrangeté première des métamorphoses. Se fondre dans ce vaisseau ganglion. Protubérance éjaculée de quelque matière. Flexible. Gueule dans les ténèbres. Les Enfers oubliés de Jérôme Bosch.

ClaudeB23 – Se détachant d’un trait fin. La silhouette intestinale. Composé d’entrailles et de dépliés. Chaque élément se détache, fait sécession. Yeux, organes. Bras qui dégoulinent. Les origines lointaines. Trop proches. Ce qui s’imprime, s’exprime. L’autre, cette totalité disparate, pleine. Vide. Spongieuse. Effacer la trace. Redessiner les contours. Signature blanche et bleue. Les corpogrammes inassouvis. Les spectres reviennent hanter. Certitudes.

ClaudeB25 – Attaché au poteau. Le cadavre vert, sanglé pour tous les souffles. Les aspirations. Croisant ses vertèbres de mains. Ou bien l’homme accoudé. Lors de quelque célébration. Apprivoisant la menace prochaine. Cette succession de formes, d’instantanés. Qui s’accumulent, se métamorphisent. Rouleau de prières ou chevalet ? Mannequin de cire ? Tel un comble radiographié. Dans lequel s’effacent les frontières, les marques. L’autre en toi.

C-Flocheur – Hypothèse d’un insecte. Autre mécanique animale. Ou industrielle. Dans cette torsion de griffes et de chaînes. Masses en suspension. Les incandescences rituelles. Buste ou globe que soutient une pointe. Glacis azur. Ce monstre familier. Quel montage reflète-t-il ? Esthétique du monstre. Décalogue, palimpseste. Résumé et clef. Ce qui s’entrecroise, se pénètre, s’annule. Les états de sidérations. De jouissance. Ready-made issu des abîmes.

C-Tebé – La chèvre de Pablo. Qui échappe aux définitions. Les étiquettes illusoires. Par-delà les taxinomies convenues. Affaire de point de vue. Renverser les perspectives. Déconstruire les lignes. Creuser, évider. L’encolure isthme. Panse coquillage. Oreilles poissons. Pattes falaises. Rencontre des éléments. Désorganiser le chaos. Repartir des destructions. Matricielles, nourricières. Un résumé des mondes. Archéologie du geste. Pétroglyphe bleu.

Ça-052 – Cette Vénus factice, en érection. Mannequin de foire. L’exhibition, détaillant poutrelles, rajouts. Pylône du bassin en torsion. L’effigie anonyme. Quels éléments ont disparu ? Supportés par l’enchevêtrement. Barres, tiges. Se prêtant à tous les sacrifices. Usée jusqu’à la corde. La scène trop lue. Repartir à l’assaut. Union des contraires. Rassembler les ombres. Désarticuler une dernière fois. Ces cuisses creuses. Béance sacrilège. Réceptacle.

Caresh137 – Vu de dos. Massif, strié. Les gammes de caractères. Etagées de part et d’autre. Alvéoles légères des poumons. Cavités du crâne. Comme repoussant les émissions. Traverser le mur de lumière. Devant toi les villes immenses. Nocturnes. Laves du trafic. Accoudé à ta fenêtre. Stridences, ivresses. Le regard s’embue. L’autre, présent, absent. Cet assemblage mat. Tête prise en étau. Scanner les ténèbres. Vérifier, repousser. Domination. Les prophéties.

© GeorgesFesta – 09.2009

LM Galerie
13 rue Charlot 75003 Paris
www.lm-galerie.com

site de Xavier Lucchesi : http://www.x-lucchesi.com