vendredi 2 octobre 2009

Varlık 9/2009


Varlık, l’équivalent turc de la NRF, Les Temps Modernes ou Europe : une revue littéraire prestigieuse, moderniste, intégrée actuellement au portail www.eurozine.com. Nous livrons ici le sommaire du dernier numéro paru, avec l’aimable autorisation d’Ine Gundersveen (Eurozine) et Filiz Deniztekin (Varlık).


Varlık 9/2009


Süha Oguzertem : « Dimension comparatiste dans l’approche critique de la littérature turque. »
Etude qui souligne la nécessité d’aborder la littérature turque d’un point de vue « universel » et « comparable », analysant plusieurs tentatives de « littérature comparée » en Turquie.

Âlim Kahraman : « Essai de lecture parallèle : Parasiz Yatili et Geyikler, Annem ve Almanya. »
Etude comparative de Parasiz Yatili [Internat] de Füruzan et Geyikler, Annem ve Almanya [Le cerf, ma mère et l’Allemagne] de Nursel Duruel, basée sur la période historique commune à ces deux nouvelles

Hilal Kaya : « Post-modernisme dans Tehlikeli Oyunlar d’Oguz Atay et Trilogie de Samuel Beckett. »
Etude comparée de ces deux œuvres d’Atay et Beckett par rapport au post-modernisme.

Sürreya Elif Aksoy : « Ask-i Memnu, pont entre Buket Uzuner et Halit Ziya : pères et filles dans ces deux romans. »
Etude comparée du thème « pères-filles » entre Ask-i Memnu [Amour interdit] d’Halit Ziya, considéré comme le premier véritable roman turc, et Babalar ve Kizlari [Pères et filles] de Buket Uzuner.

Hülya Bulut : « Les thèmes de la route et du voyage chez Thomas Mann et Nedim Gürsel. »
Analyse de Resimli Dünya [Le monde en images] de Gürsel et Mort à Venise de Mann, d’après ce que les personnages ont en commun, abordant aussi le thème de la mort.

Gayatri Chakravorty Spivak : « Jalons de la littérature mondiale. »
Communication du professeur Spivak, de l’université Columbia, lors du colloque « Littérature d’entre-deux », organisé en Turquie, sur le thème de la « littérature mondiale ».

Nalan Barbarosoglu : « Entretien avec Önay Sözer. »
Entretien avec Önay Sözer, qui a récemment publié Sonradan Yasamak [Vivre après].

Yildiz Cibiroglu : « Sonradan Yasamak d’Önay Sözer (avec une étude prouvant l’existence d’une « mémoire collective »). »
Cibiroglu établit un lien entre l’hymne d’Agusaya et Vivre après, s’intéressant au style d’Önay Sözer.

Öner Yagci : « Comprendre Demirtas Ceyhun. »
Demirtas Ceyhun, grand nouvelliste de la génération des années 1950, est mort le 30 juillet 2009. Etude de sa carrière littéraire et de ses conceptions politiques.

Agenda culturel : le règlement de la question kurde
L’approche gouvernementale en vue de résoudre la question kurde suscite d’importants débats dans les milieux politiques et l’opinion. Tandis que l’administration du parti Justice et Développement (AKP) exprime le souhait de consulter les partis d’opposition afin de mettre en œuvre un plan d’action commune, le Parti Républicain du Peuple (CHP) déclare qu’il n’examinera cette question que dans un cadre préparatoire, le Parti du Mouvement Nationaliste refusant quant à lui tout débat à ce sujet.
Il n’en va guère autrement dans l’opinion. Certains soutiennent l’administration, persuadés que la question sera réglée rapidement ; d’autres y voient une trahison pure et simple, qui mènera le pays à la partition.
Nous avons effectué un sondage : « Le règlement du problème kurde est-il nécessaire ou divisera-t-il le pays ? »
- Adnan Özyalciner : Ce qui est à désirer, c’est l’unité qui résultera d’une jouissance égale de la beauté et de la richesse de la civilisation créée par les peuples et les cultures de Turquie – deux peuples qui coexistent depuis tant d’années. L’unité de peuples aux langues et croyances différentes est très attendue.
- Inci Aral : Avant de se demander si la Turquie sera divisée, nous devons nous assurer de faire en sorte d’atteindre ce règlement de paix par notre initiative. Le terrorisme a reçu un soutien extérieur très récemment encore et nous ignorons pourquoi il y a une tentative de le résoudre précipitamment sans bâtir tout d’abord une structure saine.
- Ahmet Telli : Un élément du droit international est rarement cité dans le discours de l’Union Européenne et la politique des Etats-Unis : le droit des nations à déterminer leur propre destin. Si ce principe est négligé, le mouvement pour un règlement de la question kurde, ainsi que la pratique démagogique consistant à « faire cesser les mères de pleurer », resteront de papier et n’aboutiront à rien.
- Buket Uzuner : Le règlement de la question kurde est une bonne chose. Mais qu’en est-il du règlement de la question alévie, féminine, arménienne ou gay ? Quel nom donner aux familles de ceux qui ont perdu la vie lors de la guerre civile et que décideront-elles ? L’intention est bonne, mais je trouve le style et la méthode mauvais et populistes. Coller des étiquettes sur des gens pour les isoler dans des groupes est une grave erreur dans une société multiculturelle telle que la Turquie.
- Murat Gülsoy : Les relations des gens avec l’Etat et le pays ne devraient être définies que par la citoyenneté. Des définitions basées sur la nationalité, la race et la croyance entraînent inévitablement l’exclusion et l’oppression de certaines catégories.
- Akif Kurtulus : De nombreux poètes turcs et kurdes ont grandi dans le cadre d’une littérature en langue turque, trouvant place dans le cœur et l’âme des gens. Le turc est la richesse des Kurdes qui écrivent dans cette langue, comme le kurde est mon horizon éternel.
- Sükrü Erbas : Quelles que soient les intentions visibles et invisibles qui sous-tendent cela, je trouve très important le fait que l’Etat se décide à s’attaquer à ce problème. Un des tabous les plus risqués de l’Etat est maintenant discuté publiquement, peut-être pour la première fois. Le règlement de cette question dans le cadre d’une plate-forme véritablement commune constituera une étape historique qui soulagera non seulement les Kurdes, mais aussi les Turcs et tous les autres peuples qui vivent sur cette terre.
- Süreyya Evren : Si le règlement de la question kurde ressemble à un règlement adopté par l’Etat en faveur des Kurdes, il résulte en fait de l’évolution opérée par les Kurdes en obtenant le droit d’être représentés par eux-mêmes. Les dernières élections le prouvent : si l’AKP avait prévalu sur le DTP (Parti Démocratique de Turquie), il aurait liquidé la capacité des Kurdes à être représentés par eux-mêmes en Turquie.
- Sema Kaygusuz : Concernant la question kurde, un tel problème enraciné depuis des siècles, couplé à la crainte d’une partition, n’entame en rien le débat. N’est-ce pas cette même crainte, les interdictions et une administration tyrannique qui nous ont séparés en premier lieu ?

Mehmet Rifat / Duygu Tekgül : Les couvertures de livres comme paratextes
Article du jeune chercheur Duygu Tekgül, étudiant les couvertures de livres en tant que paratextes. Il examine entre autres la mise en page et les visuels des couvertures d’ouvrages de traduction.

Mustafa Serif Onaran : Ecrire après
Etude sur la vie du journaliste et nouvelliste Naim Tirali, récemment disparu.

Remzi Inanç : Après Kemal Özer
Etude sur le parcours littéraire du poète Kemal Özer, engagé tout d’abord dans le mouvement Ikinci Yeni (Second Nouveau), puis dans une poésie socialiste-réaliste.

Ahmet Önel : Mes classiques
Mini-études inspirées par des classiques de la littérature mondiale.

Melike Belkis Aydin : Ce que trois êtres savent…
Une étude sur la « honte » dans les œuvres de Salman Rushdie, Anja Meulenbelt et Michel Del Castillo.

Ugur Kölden : Turgay Fisekçi et Hep Seni Sevdim
Etude sur la représentation de Paris dans le roman Hep Seni Sevdim [Je t’ai toujours aimé] de Turgay Fisekçi.

Baris Yildirim : Autour d’un débat
Dans notre dernier numéro, Vedat Türkali répondait aux critiques de Baris Yildirim sur son dernier roman Yalanci Taniklar Kahvesi [Le café du faux témoin]. Dans ce numéro, Yildirim estime que Türkali a déformé ses critiques.

Tozan Alkan : Les affres de la traduction : deux mots pour une même chose
Alkan commente les efforts de Nurullah Ataç pour purifier la langue turque. Il propose au lecteur de comparer les traductions du poème Le Renard et le Buste de La Fontaine par Nazim Hikmet, Orhan Veli et Sabahattin Eyuboglu. Avec des aperçus récents sur le thème de la traduction.

Les transes du traducteur : poèmes jumeaux
Nous avons demandé à des poètes de trouver des jumeaux de leurs poèmes dans des langues différentes, reflétant des pensées et des sentiments semblables. Le poète figurant dans ce numéro, Ahmet Erhan, a choisi Mère par Attila Jozsef. Nous publions les poèmes d’Erhan et Jozsef.

Les transes du traducteur : entretien avec Kadriye Cesur
Kadriye Cesur, qui traduit de la littérature turque en bulgare, parle de son périple de traductrice.

Enver Ercan : Etude d’œuvres de jeunes poètes et écrivains.

Dr Kemal Sahingözl, criminologue : Un détective littéraire
Certaines des réponses au questionnaire sur les procès Ergenekon de notre numéro d’août 2009 ont été débattues dans les médias. Une approche ironique de ces débats.

Source : http://www.eurozine.com/journals/varlik/issue/2009-09-02.html
Traduction : Georges Festa - 09.2009 - Tous droits réservés

Site des éditions Varlık : http://www.varlik.com.tr/dergiArsiv.aspx