lundi 25 janvier 2010

Aksel Bakounts / Aksel Bakunts

Aksel Bakunts
The Dark Valley
Transl. by Nairi Hakhverdi, with an introduction by Victoria Rowe
London : Taderon Press, 2009, 148 p


Aksel Bakounts (né Alexandre Stepan Tevossian, 1899-1937), l’une des étoiles montantes de la littérature arménienne soviétique, est célèbre comme nouvelliste accompli. Il naquit à Goris (Arménie) en 1899 et fut élevé au Séminaire Guevorguian d’Etchmiadzine.
D'un franc-parler dont il ne se départit jamais, sa première publication, charge satirique contre le maire de Goris, lui vaut un séjour en prison en 1915. Il sert ensuite comme volontaire arménien lors des batailles d’Erzeroum, de Kars et de Sardarabad. Entre 1918 et 1919, il est enseignant, correcteur d’imprimerie et journaliste à Erevan. En 1920 il est admis à l’Institut Kharkov en Ukraine pour y étudier l’agriculture. Après avoir obtenu son diplôme en 1923, il travaille comme agronome dans le Zanguezour, une région de l’Arménie très présente dans ses nouvelles.
A partir de 1926, il s’installe à Erevan où il assied rapidement sa réputation d’écrivain talentueux avec son premier recueil de nouvelles, intitulé Mtnadzor [Sombre vallée]. Son œuvre comprend des recueils de nouvelles, plusieurs essais parus dans la presse, des fragments de romans malheureusement détruits suite à son arrestation en 1936, ainsi que trois scénarii pour des films produits par Hyefilm dans les années 1930.
Collègue et ami de Yéghiché Tcharents (1897-1937), Bakounts était membre de l’Association Arménienne des Ecrivains Prolétariens, aujourd’hui disparue. Il fut victime de la terreur stalinienne et accusé de divers crimes, dont celui d’outrage à la société socialiste. Il fut arrêté en 1936 et vraisemblablement fusillé après un procès de vingt-cinq minutes en 1937.

Source : http://www.gomidas.org/TADERON_PRESS/Aksel%20Bakunts%20Further%20Information.htm
Traduction : © Georges Festa – 01.2010

Aksel Bakunts. The Dark Valley. Traduction Naïri Hakhverdi, avec une introduction de Victoria Rowe. London : Taderon Press, 2009, 148 p. ISBN : 978-1-903656-90-7.

Ndt : Traduction française, par Mireille Besnilian, parue aux éditions Parenthèses en 1990 – ISBN : 2-86364-058-5.