mardi 13 avril 2010

Arméniens d'Asie Mineure / Asia Minor Armenians

© Osman Köker
100 Yil Önce Türkiye’de Ermeniler [Les Arméniens en Turquie, il y a 100 ans]
Istanbul : Birzamanlar Yayincilil, 2005


Succès du colloque de l’UCLA sur les communautés d’Asie Mineure

The Armenian Mirror-Spectator, 10.04.2010


UCLA [Université de Californie, Los Angeles] – « Les communautés arméniennes d’Asie Mineure », dix-huitième colloque international à être organisé dans le cadre de la série de rencontres de l’UCLA sur les provinces, villes et communautés de l’Arménie historique, s’est tenu devant un public nombreux et enthousiaste au Rolfe Hall de l’UCLA, samedi 20 mars.

Le programme

Ce colloque conclusif s’est intéressé aux petites, mais très actives communautés arméniennes d’Asie Mineure, allant des Dardanelles et de la région bordant la mer de Marmara à Kastamoni et Konya. Les orateurs présentèrent l’histoire, ainsi que la vie sociale, économique et culturelle de ces communautés et leurs fins tragiques. Parmi les nombreuses petites communautés arméniennes d’Asie Mineure, l’on s’intéressa particulièrement à Adabazar, Bardizag, Ismid, Armash, Bursa, Banderma, Bolu, Eskishehir, Sivri-Hissar, Kütahya et Konya. Après un panorama de ces communautés, leurs écoles, églises et institutions culturelles, par Richard Hovannisian, titulaire de la chaire d’histoire arménienne moderne de l’Armenian Educational Foundation (AEF) et organisateur du colloque, Mme Dawn Miskjian MacKeen, écrivaine résidant à Los Angeles, se servit du journal manuscrit de son grand-père pour retracer la vie à Adabazar et les routes de déportations vers le désert, qu’elle suivit personnellement en préparant son prochain ouvrage sur ce thème.
Mr Ara Melikian, un chercheur indépendant, originaire d’Angleterre et qui a traduit plusieurs classiques arméniens en anglais, ramena l’assistance dans la ville natale de sa famille paternelle, Bardizag, avec sa riche agriculture et production de soie, ainsi que son dialecte arménien particulier. Le Dr Barbara Merguerian, de l’AIWA [Armenian International Women Association] et ancienne rédactrice de The Armenian Mirror-Spectator, présenta les écoles d’Adabazar et de Bardizag, alors organisées et soutenues par des groupes de missionnaires américaines, l’œuvre accomplie par Miss Elizabeth Farnsworth et la dynamique à l’œuvre dans la communauté arménienne et celle évangélique arménienne. Les communications relatives à Adabazar et Bardizag étaient mises en valeur par des projections visuelles.
Mme Vartouchka Samuelian, de l’Institut National des Langues Orientales de Paris (INALCO), a réalisé un vaste travail de terrain sur les dialectes arméniens et parla des données recueillies auprès des derniers usagers du dialecte Bolu. Alors que Bolu n’est guère éloigné de Constantinople, la population locale parlait un dialecte arménien oriental, qu’ils préservèrent, en dépit des nombreux siècles qui suivirent leur arrivée en Asie Mineure depuis la plaine de l’Ararat et le Nakhitchevan.
Peter Cowe, titulaire de la chaire Grégoire de Narek à l’UCLA, retraça l’existence de la communauté arménienne à Konya durant la période seldjoukide et le sultanat d’Iconium, démontrant une importante présence arménienne au Moyen Age dans ce point clé reliant Grande Arménie et Asie Mineure d’un côté, et Cilicie de l’autre.
Deux conférenciers vinrent d’Arménie pour présenter les résultats de leurs recherches. Le Dr Hasmik Khalapyan, de l’Université d’Etat d’Erevan, étudia le rôle pionnier des Arméniens dans la création et le développement du théâtre en Asie Mineure, ainsi que la communauté arménienne de Rodosto/Tekirdagh sur la partie européenne des Détroits. La musicologue Arpi Vardumyan, chercheuse émérite au Matenadaran d’Erevan, présenta le patrimoine musical de la communauté arménienne de Kütahya, réputée aussi pour ses admirables faïences. Elle s’intéressa en particulier à la famille du Père Komitas, compositeur, ethno-musicologue et directeur de chorale célèbre à travers le monde.
Comme dans presque toutes les conférences de ce programme d’études, l’histoire de chaque communauté s’achève violemment durant la période 1915-1923. Les communautés isolées d’Asie Mineure ne furent pas épargnées et subirent le même destin que celles des territoires historiques d’Arménie Occidentale et de Cilicie. Il revint au Dr Simon Payaslian, titulaire de la Chaire Kinosian à l’Université de Boston, d’exposer la phase finale de ces communautés.
M. Osman Köker, d’Istanbul, éditeur d’une vaste collection de cartes postales acquises et rassemblées par M. Orlando Carlo Calumeno, illustrant les communautés arméniennes de l’empire ottoman avant la Grande Catastrophe, devait présenter un exposé illustré sur les communautés voisines de la mer de Marmara, mais ne put obtenir à temps les documents nécessaires pour se rendre au colloque. Heureusement, Mme Ruth Thomasian, directrice du Projet Archives Photographiques Arméniennes SAVE, aida à combler ce vide grâce à sa présentation illustrée de photographies anciennes de ces communautés et de familles arméniennes, à la fois dans leurs villes natales et après avoir émigré aux Etats-Unis. Cette riche composante visuelle, d’ordre ethnographique et sociologique, valut à ce dix-huitième colloque les applaudissements nourris d’une nombreuse assistance, profondément impliquée.
Les conférenciers et invités bénéficièrent de manifestations organisées par l’Association des Arméniens d’Istanbul (OIA) et la Fondation Educative Arménienne (AEF). Le colloque était soutenu par le Fond Bob et Nora Movel de l’UCLA, le Centre d’Etudes sur le Proche-Orient (Center for Near Eastern Studies) et le Centre d’Etudes Européennes et Eurasiennes (Center for European and Eurasian Studies). L’OIA se chargea de couvrir les dépenses liées au déplacement de M. Köker qui, bien que n’ayant pu participer à ce colloque, sera, espérons-le, rapidement en mesure d’amener son exposition de cartes postales en Californie et ailleurs aux Etats-Unis.

La série de colloques

Cette série de colloques internationaux de l’UCLA, « Provinces, villes et communautés de l’Arménie historique », fut lancée en 1997 par Richard Hovannisian, titulaire de la chaire d’histoire arménienne de l’AEF, sous la forme de réunions semestrielles pour faire revivre et préserver la mémoire du patrimoine arménien d’Arménie Occidentale, de Cilicie et d’autres régions où vécurent les Arméniens. Au fil des ans, les participants à cette série vinrent d’Arménie, d’Amérique du Nord et du Sud, d’Europe, du Moyen-Orient, d’Inde et des anciennes républiques soviétiques de Russie, d’Ukraine et de Géorgie. Le premier colloque fut consacré à Van et au Vaspourakan, suivi respectivement par Baghesh/Bitlis et Taron/Moush ; Tsopk/Kharpert ; Karin/Erzeroum ; Sebastia/Sivas ;Tigranakert/Dyarbekir et Edesse/Ourfa ; la Cilicie ;Kars et Ani ; les communautés du Pont et de mer Noire ;Constantinople ; Smyrne/Izmir ; Caesarea/Kesaria ; Jérusalem ; La Nouvelle-Djoulfa ; les communautés arméniennes d’Iran ; l’Inde et l’Océan Indien ; et Musa Dagh/Kessab/Dortyol.
Les Actes de chaque colloque ont été édités et augmentés par les professeurs Richard Hovannisian et Simon Payaslian, avant d’être publiés par les éditions Mazda dans la collection intitulée « Villes et provinces de l’Arménie historique ». A ce jour, huit volumes sont parus, les neuvième et dixième étant prévus en 2010. Cette série de colloques représente une entreprise exceptionnelle, qui n’avait précédemment été ni conçue, ni mise en œuvre, que ce soit en Arménie ou dans la diaspora. Elle a largement rempli son objectif de faire revivre et préserver la mémoire du riche patrimoine des territoires de l’Arménie historique et des communautés qui y vécurent.

___________

Source : http://www.mirrorspectator.com/pdf/The%20Armenian%20Mirror-Spectator%20April%2010,%202010.pdf
Traduction : © Georges Festa – 04.2010.