mercredi 9 juin 2010

Tuna Kiremitçi

© Oğlak Yayınları, 1994


Evler / Maisons


Parfois le calme pousse à agir, voilà
Pourquoi peut-être les gens sont en quête d’endroits perdus
Pour ne plus avoir à fouiller dans les rêves
De femmes songeuses, de retour
Du marché, ou de cartographes, las parmi
Leurs royaumes rapetissant. On peut toujours trouver
Une porte dérobée ouvrant sur une monotonie sans fin,
Un cheval attentif aux sifflements, sur une route poussiéreuse.
En fait, chaque maison
Est un puzzle caché, enfermé dans son propre récit.
Qui l’a bâtie, à quelles traditions elle se rapporte,
Difficile de se rappeler tout cela maintenant.
On peut citer quelques architectes, un nombre égal
D’ingénieurs et de maçons. Mais elle garde ouvert
Un support, qui t’observe. Tu te réveilles et t’enveloppes
De lettres. Car il faut coucher par écrit les rêves
Au réveil.

Tuna Kiremitçi

Extrait du recueil Ayabakanlar. Istanbul : Oğlak Yayınları, 1994, p. 12.

[Musicien accompli, Tuna Kiremitçi (né en 1973) a étudié le cinéma. Son premier recueil de poésie, intitulé Ayabakanlar [Contemplateurs de la lune] parut en 1994. Akademi [Académie] (1998), son second recueil, fut suivi par Bazı Şiirler Bazı Şarkılar [Poèmes Chansons] en 2003. Ces dernières années, Kiremitçi a connu un grand succès grâce à plusieurs romans : Git Kendini Çok Sevdirmeden [Pars avant que je ne tombe] (2002), Bu İşte Bir Yalnızlık Var [Une certaine solitude] (2003), suivis de Yolda Üç Kişi [A trois sur la route] (2005) et Dualar Kalıcıdır [Les prières restent les mêmes] (2007).]

__________

Source : http://www.turkish-lit.boun.edu.tr/author.asp?CharSet=English&ID=206
Adaptation : © Suat Karantay
Traduction française : © Georges Festa – 06.2010.

site de Tuna Kiremitçi : www.tunakiremitci.com