vendredi 24 septembre 2010

Turquie - Histoire orale / Turkey - Oral History

© Actes Sud, 2009


Sept femmes ouvrent une Fondation sur l'Histoire Orale en Turquie

par Vercihan Ziflioğlu

Hürriyet Daily News and Economic Review, 13.09.2010


[Sept femmes issues de plusieurs disciplines viennent de créer l'Association pour la Recherche en histoire, culture et art de l'oralité. L'association conduira des travaux sur l'histoire orale dans toute la Turquie et apportera son soutien aux chercheurs étrangers opérant dans le pays, « L'histoire officielle a un tel poids en Turquie que le chaos surgit lorsque quelque chose de différent est exprimé. », note Mehtap Filiz, une des fondatrices de l'association.]

Un groupe de sept femmes bénévoles, issues de professions, disciplines artistiques et origines ethniques diverses, ont créé une association de recherche sur l'histoire orale dans chaque région du pays.

L'Association pour la Recherche en histoire, culture et art de l'oralité, fondée à Istanbul en août 2010, a pour ambition de conduire des recherches sur l'histoire orale à travers la Turquie, afin de mettre en lumière la diversité et l'importance du fait ethnique dans le pays.

Pour Türkan Akkulak Koç, présidente de l'association, la Turquie compte de nombreuses questions taboues susceptibles d'être étudiées. L'association ne travaillera pas seulement en Turquie, mais prendra aussi contact avec d'autres associations et organisations oeuvrant à l'étranger dans le domaine de l'histoire orale. Elle apportera, précise-t-elle, son aide à tous ceux qui désirent mener des recherches en Turquie.

Mme Koç est née et a grandi dans la province turque orientale d'Elazığ [Kharpert]. Puis elle s'est installée à Istanbul avec sa famille, d'où elle a émigré vers l'Allemagne. « Durant mes études en Allemagne, on nous interrogeait sur notre identité ethnique, dit-elle. On voulait lever tous les obstacles en vue d'une coexistence pacifique. Voilà pourquoi nous avons pour but de mener nos recherches à travers le pays. »

La première mission de l'association, précise-t-elle, concernera les problèmes des femmes. « Non seulement en Turquie, mais aussi dans les pays du monde les plus avancés, les femmes sont des citoyens de seconde zone. Voilà pourquoi nous donnons la priorité à ce problème. »

Le groupe de sept femmes a suivi plusieurs séminaires à l'Université Bilgi [Istanbul] pour lancer leurs recherches sur l'histoire orale et aboutir à créer leur association. « Nous avons fait de notre mieux pour définir notre objectif et notre recherche », note-t-elle, ajoutant que les recherches sur l'histoire orale ont connu une accélération des dernières années et sont d'une grande importance en termes de développement social. D'après elle, la société turque ne veut pas se souvenir du passé. « Nous gardons tous les problèmes dans notre inconscient. Or nous avons besoin de nous parler mutuellement. Nous devons avoir le courage de considérer tous nos maux globalement. »

Recherches sur des enfants lanceurs de pierres

La sociologue Mehtap Filiz, une des fondatrices de l'association, souligne l'importance de l'histoire orale : « L'histoire officielle a un tel poids en Turquie que le chaos surgit lorsque quelque chose de différent est exprimé. » Optimiste quant à l'avenir de la Turquie, elle ajoute : « La Turquie a traversé des processus explosifs dans son histoire récente. La démocratie est toute nouvelle. La Turquie vit maintenant un processus durant lequel elle devra se confronter à elle-même. »

Le groupe ambitionne, dit-elle, de mener des projets sur les problèmes des Kurdes, ajoutant que bien qu'hésitant à traiter ces problèmes, elles se mettront au travail.

« Je veux faire des recherches sur les enfants kurdes, à l'Est, qui jettent des pierres sur la police et mener une étude sociologique. Avant tout, nous avons besoin de découvrir pourquoi ces enfants recourent à la violence et comment ils sont influencés par le climat politique. », précise-t-elle.


___________

Source : http://www.hurriyetdailynews.com/n.php?n=seven-women-open-door-for-oral-history-foundation-2010-09-08

Traduction : © Georges Festa – 09.2010.