lundi 15 novembre 2010

Eduardo Golbin

© Eduardo Golbin, Mur de l’église Santa Catalina – Centre ville de Buenos Aires, 2006 – Tirage argentique

Photographies d’Eduardo Golbin
Exposition commémorative du Bicentenaire de l’indépendance de l’Argentine
Maison des Amériques Latines, Paris
01.06 – 18.09.2010

par Georges Festa


pour Eduardo Dermardirossian,

Lo esperado no sucede, es lo inesperado lo que acontece.
Ernesto Sábato


I. Portraits


Celui qui toujours a résisté. Rompre une dernière fois. L’obscur, l’indifférence. Le navigateur qui a passé tous les caps. Dessiné nos cartes fébriles, nos impasses. Avec qui tu échappais, aimais. Passeur d’âmes impalpables. Le visage se tourne vers toi. Gravité de celui qui aura connu tous les vertiges. Ce roman en partage. Entre partitions et tournages. Témoin.
Juan Carlos Paz (1901-1972) – Compositeur et écrivain - Buenos Aires, 1970 – Tirage argentique

Regard zébré. Lutrin, couvercle du piano. Tel un barrage contre l’oubli, la disparition. Feuillets épars. Attendant on ne sait quelle improvisation, reprise. Au sein de la tourmente, des enfances. S’éployer, rejoindre la mesure. Les jours humbles, défaits. Deviner les horizons. Secrets, meurtris. Retrouver le chemin. Comme on retrouve une note. Rhapsodies de l’instant.
Miguel Angel Estrella – Pianiste – Buenos Aires, 1970 – Tirage argentique

Debout, bras croisés. En arrière-plan, deux personnages vêtus de blanc. Comme surgis d’une coulisse pirandellienne. L’un sourit, assis, arborant chapeau et canne ; le second, comme perplexe. Quelle mise en scène se donne à voir ? Sur le pont. Pantins qui ne demandent qu’à reprendre vie. Les rôles que l’on échange. Viens. Te mesurer à ce qui n’a pas encore de nom.
Oscar Fessler (1912-1996) – Metteur en scène – Tirage argentique

Courbe des cuisses. Narcisse féminin, joue appuyée contre la paume. Mi-ange, mi-fauve. Sphynge androgyne. Quel est donc ton secret ? Matérialité, encore et toujours. Entre rêve et confidence. Ployer sous le fardeau. De tout ce qu’il aura fallu dépasser. Apprivoiser. Le temps est venu. Nos incertitudes, nos similitudes. Et si tout cela n’était que nuit ? Ambivalences.
Gabriela Aberastury – Peintre – Buenos Aires, 1970 – Tirage argentique

Le masque aux maquillages. Tulle et paillettes. Lèvres luisantes, comme laquées. Ombre excessive des cils. Reprendre le geste. Obscénité du doigt. Effleurant la bouche. Qui aura tant proféré. Fantasque, plaintive. Jamais définitive. Puisque tout change de forme. De Federico à Andy. Des anges au tango. Autoportrait d’un soir. Veillée d’armes. Dernier round. D’opérette.
Bergara Leumann – Comédien à l’Ange Bleu – Paris, 1976 – Tirage argentique

Porter sa toile. En oblique. Sous un puits de lumière, l’envers ou l’endroit. Boursouflures, tension du cadre. Telle une porte vierge. Destinée à ouvrir d’autres murs. L’homme s’arc-boute, cherche la perspective. L’œuvre imaginaire, dont il faudra se séparer. Ou en genèse. Qui déjà se dresse, dirige. Perspective floue des arbres. En contrepoint. Le chevalet vide.
Mario Gurfein – Peintre dans son atelier de Paris, 2009 – Tirage argentique

L’esplanade. L’homme au premier plan. En toile de fond l’immeuble solitaire. Strié de carrés minuscules. Fenêtres mates. Où s’agiteront des vies prisonnières, affairées. Stèles urbaines. Pleins et vides. Contours sombres de la silhouette. Comme flottant, plaquée. Afficher une satisfaction. Ce qui portera le nom. Et si le ballet des nuages. Trouée éphémère. Fabulations.
Guillermo Gil – Architecte romancier – Tirage argentique

Adossé à la terrasse. Le regard file sur la droite. Sourire confiant. Bras alignés. Les espaces réguliers, sereins. Où nulle tempête ne viendra dissocier, briser l’équilibre. Gagné de haute lutte. Entre ciel et terre. Au loin, sommet d’un immeuble. Ou bien le décor factice. Simples panneaux. Ebauches mates. Fines brisures. L’homme projeté sur scène. Adossé à son ombre.
Herman Loos (1921-2005) – Architecte – Buenos Aires, 1980 – Tirage argentique

L’atelier de l’architecte. Pylône surmonté d’un écran. Lianes électriques, prises. Assis, l’homme sourit. Paraît minuscule. A ce jeu de lignes et de lampes, qui aura le dernier mot ? Feuilleter. Le grand livre. S’oublier un instant. Le visiteur de passage et son objectif. Dans cette cabine de cargo. Angle gauche. Coupole incertaine, reflet de la cité idéale. Visionnaire.
Raphael Viñoly – Architecte – Tirage argentique

Glissements temporels. Dans son cabinet environné de portraits. Avoir choisi celui-ci. Profil d’exigence. Ou de méditation. Un certain Enrique Villegas. Les univers de l’image et du son. Chacun aura défriché, instauré. L’autre n’est peut-être déjà plus. Dans ce musée d’accumulation, d’anthologie. Où les fièvres se répondent. Tu auras éclairé le labyrinthe.
Anatole Saderman (1904-1993) – Photographe, 1992 – Tirage argentique

L’appartement. Pièce de droite, porte entrebâillée. L’homme travaillant à son bureau. Murs nus, boiseries. Couloir de gauche, pièce du fond. Une lectrice, de profil. Lignes fuyantes des fenêtres, rayons de bibliothèque. Cartons d’études. Dans ces espaces traversés d’absence. Ce jour-là. Apparences de clarté, de monotonie. En réalité, lente genèse, respiration. L’éclair.
Clorindo Testa – Architecte – Tirage argentique

L’homme assis sur un banc. Croisant les mains, âgé. Attendant l’énième rencontre. Flanqué de son appareil photographique. Trépied de bois, tel un coffre-fort. Orné de clichés élimés. Ici le temps peut s’arrêter, s’inverser. Les années obscures, de terreur. La peur, la faim au ventre. Venu de si loin. Comme un garde-fou. Ce qui reste de dignité. Sur cette terre d’emprunt.
Photographe de rue – Jardin Botanique - Buenos Aires, 1986 – Tirage argentique

Le jeu des ombres. A contre-jour. Dialogue silencieux. Séquence projecteur/objectif/lampe/corps. Prêt à appuyer sur le bouton. Les rideaux blancs. Draps d’une chapelle improvisée. Où le rite se répète. Capturer ce que l’apparence refuse. Jusqu’à saturation. Instantanéité pleine. Ne pas savoir. Les hypothèses. Ou la certitude. Inéluctable.
Humberto Rivas – Photographe - Barcelone, 1989 – Tirage argentique

Torse nu. L’homme aux lunettes de bain. Regard lourd, amusé. Ivresse de l’aube. Brasser les éléments. Nageur de grands fonds. Chaque jour s’immerger. Les flux dérivants. Naviguer d’instinct. Quand l’âge gonfle d’enfance. L’instant anarchiste. Du champ de vision au signal. Du coup, plonger. Seul l'emportement. Forgé par les courants. Né de surfaces grises et blanches.
Ronald Shakespear – Designer – Tirage argentique

Face à l’insecte. Sombre, comme déchiqueté. Leviers, mandibules factices. Profil d’arpenteur. Qui ajuste son appareil. Quatre projecteurs en contrepoint. S’agit-il d’éclairer quelque hantise ? Alternance de blanc et de noir. Ce que la plaque va enregistrer. Accumulation de grains. D’atomes. Métaphysique du double. Projection des mains. Les masques de Pan.
Ricardo Aronovich – Directeur photo de cinéma - La Femis à Paris, 2008 – Tirage argentique

Deux mains. Plaque offset. Photocomposition. Le geste artisanal. Dialoguant avec les rouleaux mécaniques. Epurer, rendre au texte sa primauté. Art du tisserand. Le papier, la texture. Cette pellicule fine, artificielle. Articulant les jours, les blancs. Dans cette opération de cadrage l’irruption du vivant. Doigts, avant-bras. Histoire silencieuse. Inscrite ailleurs.
Imprimeur au travail – Imprimerie Platt, Buenos Aires, 1970 – Tirage argentique

Le bal des absents. Lisant tel panégyrique. Ecoutant, bras croisés, l’office. D’autres commentent, sans mot dire. Satisfaits de l’événement. Microphages. L’ennui, l’injustice aussi. Lignes de partage convenu. Flanqué d’anges gardiens ou de disciples. Ils auront beau faire. Embarqué dans son trône de circonstance. Ecouter, distrait, amusé. Ils ne savent pas encore.
Jorge Luis Borges (1899-1986) – Ecrivain et poète – Hommage au musée d’Art Moderne à Paris, 1977 – Tirage argentique

Agrippé. Entrée du wagon. Chemise blanche, lunettes. Souriant. Les mains. Leur force. Tandis que la droite tient la rambarde, l’autre coule le long du corps. Dans ce train sans destination précise. Arrivée ou départ. Le voyageur sans quai. Aux bagages invisibles. Inutiles. Assurance du découvreur. Brûler les étapes. Assoiffé de don. Tant brûle la flamme.
Cecilio Romaña (1899-1997) – Médecin – Tirage argentique

L’avion. B-017. Pales d’hélice, carlingue ventrue. Cétacé de verre et de métal. Prêt à engloutir le passant. Les cartes. L’ homme relève la tête. Ces milliers d’heures. Découpe de gris et de noir. Seuls les hublots nacrés de soleil. Chaque élément domestiqué. Décomptes. Vitesse, tonnes. Records, objectifs. Entre deux. Rallier la paix et la guerre. Miracle des effondrements.
Capitaine Aciar Vieyra – Ecole d’aviation, Cordoba, Argentine, 1973 – Tirage argentique

Polyptique. L’artiste et son atelier. Strates de tableaux, qui se succèdent, se superposent. Autant de cloisons mobiles. La table matricielle et sa panoplie d’instruments. Telles des flèches, jeu de piste. Rouleaux, tubes. Tout se redéploie en surface. D’un chaos à l’autre. Mimétisme aléatoire. Retrouver ici et là. Fragmenter, inverser l’ordre. Esprit kaléidoscope.
Antonio Segui – Peintre dans son atelier d’Arcueil, 1995 – Tirage argentique

Le salon des vanités. Piédestal central, bustes d’amants. Extases figées. L’homme au tabouret. Regard extérieur. Miroir sur pied, à droite. L’œuvre de dos, dessinant une ombre inédite, massive. Hauts murs blancs. Décor néoclassique, fantômes de Giacomo. Les 120 nuits. D’hôtels, mises en scène. Accélérations, transitions. Se tourner vers le jour. Sans trêve.
Juan Carlos Distefano – Plasticien dans son atelier de la Boca – Buenos Aires, 2006 – Tirage argentique


II. Scènes


L’embardée. Carcasse arrière de voiture. Passée au chalumeau. Vestige de prohibition ou de dictature. Emigration, hôtels de passe. Foires rurales ou bureaucratie oublieuse. Les silhouettes passent et repassent. Le visiteur accoudé au pare-brise. Questionnant les minutes. Où va reprendre la course ? S’en accommoder. Ou partir. L’enseigne dérisoire. Impasses.
Voiture en réparation - Dans un garage de Patagonie, 1986 – Tirage argentique

Angle d’une rue. Crépi du mur, sur la droite. Sur lequel s’acharne un semblant d’échelle. Métallique, agrippée ces horizons de pierre. Les passants et le policier. Les ombres sans contrôle, flaques sombres. Alors refaire le tour. Remonter la pente. Fouler le pavé. Comme l’on foule l’espoir. L’injustice. D’un seul coup d’œil. L’opprimé, les résignés. En attendant.
Rue à La Paz – Bolivie, 1986 – Tirage argentique

Autre rue. Déserte, cette fois. Trois arbres projetant leur double. Eclaboussant les façades. Ramures évanouies. Telles des racines fuyant la logique. S’éprouvant sur cette surface domestiquée. Arbres clowns. Les destructions, avoir disparu à jamais. Retrouver les danses, les gestes. Temples et chamans. L’envers du réel. Masse crénelée, ponts. Les basculements.
Ombres et arbres – Un après-midi à Cordoba, Argentine, 1988 – Tirage argentique

Le décor est planté. Balais, étagère aux alcools, tabourets entassés. Jet de lumière sur le carrelage. Losanges et svastikas. L’homme se sert à boire. Pendant que les puissants ignorent. Dans ce nulle part. Larguer encore et toujours. L’affiche. Un certain Donato Macciatti. Reconstituer l’équation. Tango : parquer les esclaves. Rite d’exil, d’absence. L’inassouvi.
Buveur de caña – Dans un bar de la province du Chaco – Nord Argentine, 1986 – Tirage argentique

L’entrepôt. Empilements de sacs, treuil. Pommes de terre, plantation. L’ouvrier au béret. Cigarette, vareuse. L’œil amusé. N’exploite pas qui pense. Eldorados de bric et de broc. L’éplucheur au chapeau blanc. Pommettes saillantes. Industrialisation et métissage. Regard précis, les calculs. Ici ou là ? Troisième acte : l’homme tapi derrière le sac. Rapports de force.
Travailleurs de pommes de terre – Région de Mondoza - Tirage argentique

Archéologie urbaine. La carrosserie abandonnée. Phare gauche exorbité, droite énucléé. Capot léopard, langue de métal évidé. L’objet fuit, mue. Ceint de son pare-chocs. Torsions, plaques de rouille. Autoportrait. Effet de coupe. Toujours faire irruption. L’objet abandonné de l’homme. Qui poursuit sa lancée. Creuse sa route. Surplace, nécrose. Métamorphose lente.
Coccinelle W – Garée dans une rue de Buenos Aires, 1989 – Tirage argentique

Tapis de fer et de béton. S’élançant dans le vide. Toutes arêtes dehors. Au loin le trièdre. Etageant ses défis. Bientôt s’étageront de nouveaux flux. Investir l’espace. Jusqu’à la saturation. L’urbaniste et le photographe. Les moments de genèse. Tout peut encore s’arrêter. Les villes à naître. Etagements, strates. Jeter les fondations. Comme on lève l’ancre. Départs.
Viaduc autoroutier en construction – Au centre de Buenos Aires, 1989 – Tirage argentique

La baie vitrée. Découpes et transparences. Double arche de béton et de fer. Comme si le mur donnait à voir la séquence, l’embrasure. Jeux de perspective. Renfoncements, béances. Le visiteur empruntera les marches. Au détour des heures. Triangles, obliques. Panneau ouvert et fermé. Ne pas avoir la clef. Partition en surface. Qui se donne à voir. Multipliée. Temporaire.
Pont Avellaneda – Buenos Aires, 1986 – Tirage argentique

Passent les ombres. L’extase sainte. Affichée, proclamée. Pendant que les uns et les autres échafaudent, recommencent. Oublient, pardonnent. Meurtrières, rectangles noirs. Rais invisibles. Comme si le mur exsudait. Yeux clos. Fantasme machiste. Vierge immarcescible. Ou royale hétaïre. Tout demeure en surface. Viens. Etancher ta soif. Le pantin et son double.
Santa Catalina – Eglise au centre de Buenos Aires, 2006 – Tirage argentique

Autre profil. L’architecte de Babel. Arrogance rêveuse. D’une idée aura surgi l’élévation. La masse hiératique. Striée de fenêtres. Les surfaces innombrables. Fourmillement. L’inquantifiable. Les chiffres dansent. Man Ray et Donatien-Alphonse-François. Une même traverse. Les forteresses imaginaires. Tout cela ne fut que jeu. Et si l’ailleurs ? S’échapper.
Raul Lier – Architecte – Tirage argentique

Trois personnages. D’une arcade à l’autre. Dans ce décor mi-19ème siècle, mi-opérette. L’avenue et ses caprices. Déroulant son éventail. Jeu de plateaux et d’arrondis. Lignes de fuite. Décor de carton-pâte. Qu’il suffirait de déplier, retourner. Sens interdit. Contourner l’obstacle. Aube muette ou après-midi de plomb. Le temps effacé. Les corps et la pierre.
Perspective de l’avenue Alem, Buenos-Aires, 1987 – Tirage argentique

Galeria commercial. Grillages, flèche néon. Lampadaires, enseigne publicitaire. Fils électriques. Tissant leur toile. Ici tu consommeras. Communiqueras. Haut-parleurs. Des jours sombres, des foules. L’obélisque blanc. Concentrant le désordre, l’absorbant. Rêves d’utopies urbaines. Les étagements parfaits. Immobiles. Se suffisant à eux-mêmes. La fête rompue.
Obelisco – Plaza de la Republica, avenida 9 de julio. Buenos Aires, 1986 – Tirage argentique

Enfermements. Pas si éloignés. Le gardien des lieux. Sanglé dans son uniforme. Pendant que d’autres oubliaient jusqu’aux noms, appelaient père et mère. S’en tenir à l’ordonnancement. Prévenir l’emballement. De la machine, des lois. Séquence des rambardes. Dans cette galerie dévoratrice. Où tant sombrèrent. Le surveillant aux portes de fatalité. Que chante la rivière.
Capitaine Abeleyra – Dans l’ancienne prison politique d’Ushuaïa, 1989. Tirage argentique

L’esquif. De sa voilure quasi immobile. Les pêches miraculeuses. D’outre-humanité. Plissures de l’onde. S’en remettre aux lenteurs, aux gouffres. Le message intact. Immuable. Premières heures. S’éprouver face à l’immense. Revenir au port, multiplié. Etranger. Le messager improvisé. Ramer jusqu’à l’oubli. Tu reviendras. Méandres, fil du rasoir. Mirages d’un jour.
Au large d’Ushuaïa – Sud de l’Argentine, 1986 – Tirage argentique

Archipels. Les notes de la gamme. Au loin la chaîne montagneuse. Le décor flou. Lorsque les éléments gagnent. Lignes de flottaison. Parvenu au point de non retour. Le grand orbe. Autre versant des hémisphères. Lac ou océan. Lagune de circonstance. La ville et ses antennes. Les territoires de surveillance. Dans cet entre-deux. Les visages, les murs. Tangue la révolte.
Port d’Ushuaïa – Sud de l’Argentine, 1987 – Tirage argentique

© georges festa – 11.2010

site de la Maison des Amériques Latines :
http://www.maisondesameriqueslatines.com/