lundi 29 novembre 2010

Littérature turque - Traductions / Turkish Literature - Translations

© Actes Sud, 2003


La littérature turque ouvre de nouvelles portes à l’étranger grâce à de nouvelles traductions

par Hatice Ahsen Utku

www.todayszaman.com


Un programme de traductions littéraires, lancé en 2005, vient finalement de porter ses fruits : 20 volumes d’œuvres parmi les plus importantes de la littérature turque ont été traduites en allemand, dans le cadre du projet intitulé « La Bibliothèque Turque ».

Ce projet d’1,5 million d’euros, lancé par la Fondation [Stiftung] Robert Bosch, vise la jeune génération d’immigrés turcs en Allemagne, ainsi que tous les germanophones qu’intéresse la culture et la littérature turques.

Cette sélection de vingt titres, rassemblés par les éditeurs Erika Glassen et Jens-Peter Laut, comprend des romans tels que Mor Salkımlı Ev [La Maison aux glycines] d’Halide Edip Adıvar, Ölmeye Yatmak [Mentir à en mourir] d’Adalet Ağaoğlu, Içimizdeki Şeytan [Le Démon en nous] de Sabahattin Ali, Bir Bilim Adamının Romanı [Le Roman d’un homme de science] d’Oğuz Atay, Aylak Adam [Le Tire-au-flanc] de Yusuf Atılgan, Tuhaf Bir Kadın [Une Femme étrange] de Leyla Erbil, Kırmızı Pelerinli Kent [La Ville au manteau rouge] d’Aslı Erdoğan, Ayaşlı ve Kiracıları [Ayaşlı et les prêteurs] de Memduh Şevket Esendal, Bir Gün [Un Jour] d’Ayşe Kulin, Hikayeler [Récits] de Murathan Mungan, Huzur [Une âme en paix] d’Ahmet Hamdi Tanpınar, Gölgesizler [Les Ombres disparues] d’Hasan Ali Toptaş, Sis ve Gece [Nuit et brouillard] d’Ahmet Ümit, Aşk-ı Memnu [Amour interdit] d’Halid Ziya Uşaklıgil et Tol de Murat Uyurkulak.

Récemment encore, les écrivains turcs n’étaient guère populaires en dehors des frontières de la Turquie, excepté quelques-uns, comme Yachar Kémal et Orhan Pamuk.

Ce programme vise à changer la donne et à présenter davantage d’écrivains turcs auprès des germanophones et ce, d’une manière diversifiée : le projet comprend non seulement des romans très connus, mais aussi des anthologies de contes populaires, de poésies et de nouvelles, ainsi que des mémoires.

« La Bibliothèque Turque » est un bref résumé du siècle passé [dans la littérature turque], précise Dieter Berg, président du conseil d’administration de la Fondation Robert Bosch. Cela ne concerne pas seulement les Allemands. C’est aussi une opportunité pour les Turcs d’accéder en allemand à leur littérature. »

Jens-Peter Laut partage ce point de vue : « 95 % de mes étudiants sont d’origine turque. Et ils n’ont jamais rien lu de leur propre littérature. Notre but final est qu’ils puissent la lire dans sa langue d’origine. »

La responsable du projet, Bettina Berns, souligne la nécessité d’un tel programme pour les écoles et les universités : « Environ 70 000 volumes ont été diffusés dans les établissements. Et ces ouvrages vont représenter un matériel important pour les conférenciers. »

La Fondation, ajoute-t-elle, continuera de soutenir à l’avenir d’autres projets de traductions et encourage aussi des traducteurs littéraires prometteurs grâce au Prix de traduction Tarabya, lancé cette année via un effort conjoint du ministère allemand des Affaires Etrangères, du ministère turc de la Culture et du Tourisme, de la Fondation S. Fischer et du Goethe Institut.

___________

Source : http://www.todayszaman.com/news-228029-turkish-literature-opens-more-doors-abroad-with-new-translations.html
Article publié le 26.11.2010.
Traduction : © Georges Festa – 11.2010.