dimanche 13 février 2011

Barzou Abdourrazoqov / Sabrina Amghar

© Editions Zulma, 2007


Monologues de femmes
de Barzou Abdourazzoqov
Mise en scène : Sabrina Amghar
Compagnie Toutes les mêmes
Atelier Markus Hansen, Paris, 12.02.2011



L’on sait la dette de l’aire littéraire tadjik à l’égard d’un Sadegh Hedayat ou, plus récemment, d’une Simin Daneshvar. En résumé, une ouverture au monde, doublée d’un sens aigu de la critique sociale et de la satire. Traduits du russe par Stéphane A. Dudoignon, ces huit monologues livrent une vision décapante des hypocrisies, des soumissions et des rêves interdits, au travers desquels l’écriture enjouée du dramaturge atteint à l’universalité.

Création de trois comédiennes – Sabrina Amghar, Orane Dumas et Syndie Kourte -, la compagnie Toutes les mêmes propose une adaptation sans concéder à quelque exotisme que ce soit, mise en scène de quatre monologues, quatre voix, quatre résistances. Car il s’agit ici comme ailleurs de dénoncer les froides logiques, l’enchaînement volontaire, le désordre généralisé sous couvert de morale, l’injustice que valident les conformismes.

De l’épouse délaissée par un mari affairiste, se découvrant un « cousin » de passage, à la prostituée méprisée, mais dominant secrets et masques de ses clients, de l’universitaire mariée et mère s’amourachant de l’étudiant ténébreux, aux idéaux intacts, à la mendiante des rues, vendant ses propres enfants pour se venger de la férocité sociale : quatre paraboles, quasi pasoliniennes, où chaque spectateur se voit convié à une maïeutique salutaire, libératrice.

© georges festa – 02.2011

site de la Compagnie Toutes les mêmes : www.touteslesmemes.org