mercredi 6 avril 2011

Athanase Vantchev de Thracy

Serguéi Paradjanov, La Couleur de la grenade, 1968


ARMÉNIE

à Vram,

« C'est un jeune roi plein de beauté,
Il est tout habillé de moire verte ;
Il possède des troupeaux innombrables,
Des coursiers vigoureux et d'agiles juments. »
Nersès le Gracieux,
Le Printemps

Là-bas recommence tout !
Là-bas, je vois avec des yeux nouveaux,
Je touche l’alphabet des étoiles de doigts
Devenus saisons neuves !
Là-bas, Interlocuteur vivant, Dieu,
Intelligence suprême,
Miséricorde amoureuse,
S’enracine librement en mon corps !


Dieu que personne ne peut voir ni deviner
Sans devenir transparence de lumière,
Vérité de langue,
Langue de vérité !
Là-bas, j’apprends à me taire,
A lire avec le sang
L’écriture erratique des visages,
Les syllabes royales des montagnes !
Il me faut réapprendre l’amour,
Âme à âme,
Clarté à clarté !
Etre ! Bâtir une place forte
Dans le fini,
Une tendresse plus lourde que la légèreté
Des paroles !

Là-bas : la patrie, le lieu natal,
Le puits ancestral,
Qui ne quittent jamais le sang !

La maison, la mienne celle-ci,
Dans le tremblement d’une vie
Incarnée en poèmes
De pure affection !


A Paris, ce mercredi 15 juillet, Anno Domini MMIX

Athanase Vantchev de Thracy