dimanche 3 avril 2011

Génocide arménien : histoire orale / Armenian Genocide Oral History

Université de Californie, Los Angeles, Royce Hall
© en.wikipedia.org


Génocide arménien : collections d’histoire orale
Université de Californie, Los Angeles, 02.04.2011

www.mirrorspectator.com


LOS ANGELES – Un colloque exceptionnel sur les collections d’histoire orale arménienne en Amérique du Nord, leurs usages pour la recherche et le témoignage, les médias, les arts visuels et ceux de la scène, [s’est tenu] sur le campus de l’UCLA, à la Faculté des Sciences humaines 51A, samedi 2 avril, de 9h30 à 17h30.

Ce colloque, intitulé « Collections d’histoire orale arménienne : développement, usages, potentiel », était organisé par la chaire d’histoire arménienne moderne de l’AEF [Fondation Educative Arménienne] de l’UCLA et le Centre de Recherches sur l’Histoire Orale (bourse Conservateur John B. Jackson), avec le soutien du Centre d’Etudes sur le Proche-Orient, du Fonds Bob et Nora Movel et du Fonds Souren et Verkin Papazian.

Les détenteurs de collections d’histoire orale arménienne au Canada, au Mexique et aux Etats-Unis se sont réunis afin d’évaluer le potentiel de ces collections, leur préservation et les modalités d’accès. Le colloque ouvert au public le 2 avril était précédé la veille par une visite, réservée aux participants, des vastes archives d’histoire orale sur la Shoah, conservées par la Fondation-Institut sur la Shoah à l’université de Californie du Sud. Des discussions se poursuivront au Centre de Recherche sur l’Histoire Orale de l’UCLA pour examiner des problèmes centraux liés à la conservation, à l’archivage et au possible partage des collections d’histoire orale sur le génocide arménien à travers le monde.

Le colloque ouvert au public

Pour le colloque public, samedi 2 avril, sur le campus de l’UCLA, quatre tables rondes thématiques étaient organisées. La première de la matinée s’intitulait « Les collections : origines, but et témoignage ». Participaient Marc Mamigonian (NAASR - National Association for Armenian Studies and Research), Varoujan Froundjian (collection Parseghian, Université Columbia), Bethel Bilezikian Charkoudian et Haig Der Manuelian (collection ALMA – Armenian Library and Museum of America, Massachusetts), Greg Sarkissian et George Shirinian (collection de l’Institut Zoryan, Toronto), Richard Hovannisian (collection de l’UCLA) et Taner Akçam (chaire Kaloosdian-Mugar, Université Clark – Projet Dersim).

La seconde table ronde de la matinée, « Publications, scène et arts visuels », comprenait des exposés et présentations visuelles par Carla Garapedian et Jerry Papazian (Armenian Film Foundation), Donald et Lorna Touryan Miller (USC), Ara Oshagan (photographe, Los Angeles) et Bianca Bagatourian (Armenian Dramatic Arts Alliance).

Les séances de l’après-midi débutèrent par une table ronde sur « Préserver, indexer, archiver et donner accès ». Etaient présents Steven Smith (directeur, Fondation sur la Shoah), Teresa Barnett (en charge du Centre de Recherche en Histoire Orale de l’UCLA), Hayk Demoyan (directeur, Musée-Institut du Génocide Arménien, Erevan, Arménie) et Mark Greenberg (directeur, Histoire orale, University of South Forida, Tampa). La séance finale avait pour thème « Potentiels pour futurs chercheurs, écrivains et artistes créateurs » et comptait Armen Marsoobian (South Connecticut State U.), Ara Sanjian (Centre de Recherche Arménien, université du Michigan, Dearborn), Carlos Antaramian (Projet mexico-arménien d’histoire orale), Arda et Doris Melkonian (UCLA) et Reuben Zaramian (université de Toronto).

Le professeur Richard Hovannisian déclara : « Après avoir organisé dix-sept colloques dans la série « Villes et provinces d’Arménie historique » et quatre autre sur le génocide arménien, ces quinze dernières années, à l’UCLA, j’ai le plaisir de constater que ce rassemblement éclairera l’importance de l’histoire orale arménienne dans les domaines de l’anthropologie, de la sociologie, de l’histoire, des sciences politiques, économiques, de la linguistique, de la musique et des arts, des sciences humaines, des études sur l’immigration et les diasporas, des études féministes et des études comparées sur le génocide. Il est essentiel que nous réfléchissions à la meilleure façon de préserver et d’utiliser ces précieux témoignages de première main, audiovisuels et filmés, de la dernière génération d’Arméniens à être nés sur leurs terres d’origine en Arménie Occidentale, Cilicie, Asie Mineure et même dans les zones européennes de l’ancien empire ottoman. »

Le colloque était ouvert au public et gratuit. Inscription demandée.

L’intégralité du programme, les précisions sur le lieu et le stationnement et le formulaire d’inscription étaient accessibles en ligne sur http://oralhistory.library.ucla.edu/conference.html.
Pour plus d’informations, contacter le professeur Richard Hovannisian – courriel : hovannisian@history.ucla.edu.

_____________

Source : http://www.mirrorspectator.com/pdf/The%20Armenian%20Mirror-Spectator%20April%202,%202011.pdf
Article publié le 02.04.2011
Traduction : © Georges Festa – 04.2011