dimanche 8 mai 2011

Javier Sierra - El Ángel perdido / Fallen Angel

© Planeta, 2011


Présentation par Javier Sierra à la Foire du Livre de Buenos Aires de son roman El Ángel perdido, qui culmine sur le Mont Ararat

http://guiamenc.blogspot.com


Javier Sierra est de passage à Buenos Aires pour présenter son livre El Ángel perdido, le roman le plus ambitieux qu’il ait publié à ce jour et avec lequel il a parcouru le monde pour se documenter : du mystérieux Saint-Jacques-de-Compostelle jusqu’au sommet du Mont Ararat.

L’action démarre dans l’emblématique cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, durant la nuit de la Toussaint. Julia Álvarez est en train de travailler jusqu’à des heures avancées à la restauration du Portique de la Gloire. Subitement, un étranger fait irruption dans l’édifice religieux et s’adresse à elle dans une langue inconnue. Mais une fusillade soudaine interrompt la rencontre et l’intrus s’enfuit. C’est alors que le responsable se présente à Julia comme l’agent Nicholas Allen, de l’Agence Nationale de Sécurité des Etats-Unis. Il lui explique tout de go qu’il a été envoyé en Espagne pour éclairer l’enlèvement de son mari, le célèbre climatologue Martin Faber, disparu aux abords de la frontière entre Turquie et Iran.

Durant les 48 heures qui suivent, Julia va se retrouver mêlée à une incroyable quête de deux pierres précieuses qui sont la clé pour racheter son mari. Il s’agit de deux minéraux uniques, décrits en détail pour la première fois au XVIe siècle, nommés adamantiums, qui appartinrent à un mathématicien et astrologue de la Cour d’Isabelle Ière, lequel consacra une grande partie de sa vie à chercher les possibilités de communiquer avec les anges, et que Julia et Martin reçurent comme cadeau de noces cinq ans auparavant.

Connues aussi sous le nom de bétyles, d’héliogabales, de chintamanis et même de « pierres qui murmurent », les pierres du couple Faber sont aussi convoitées, depuis des siècles, par des membres des hautes sphères politiques des Etats-Unis, dont le Président, et par une secte millénaire en plein cœur de l’Arménie. Plongée dans cette lutte internationale pour prendre le contrôle des adamantiums, Julia Álvarez va découvrir certains aspects de la personnalité de son mari qu’elle ignorait jusqu’alors et qui pourraient déterminer le destin de l’humanité.

A partir de Saint-Jacques-de-Compostelle débute un périple qui conduira Julia d’une piste à une autre, évitant les dangers et déchiffrant des messages occultes via une pierre de taille, des stèles légendaires et des énigmes phonétiques, qui s’entremêlent à des mythes et des croyances remontant au Déluge universel.

Une aventure qui culminera sur les terres de Noé, au sommet du Mont Ararat, et qui entraînera Julia dans un piège ourdi par ceux en lesquels elle avait le plus confiance et qui l’obligera à affronter celui qu’elle craint le plus.

La présentation de El Ángel perdido aura lieu le mercredi 4 mai [2011] à 17 heures, dans la Salle « Bioy Casares », de la Foire du livre de Buenos Aires, sous les auspices de l’écrivain Vicente Battista.

_____________

Source : http://guiamenc.blogspot.com/2011/05/javier-sierra-esta-en-buenos-aires-para.html
Article publié le 03.05.2011
Traduction de l’espagnol : © Georges Festa – 05.2011