dimanche 4 décembre 2011

Vahakn N. Dadrian - Taner Akçam : Judgment at Istanbul : The Armenian Genocide Trials / Jugement à Istanbul : les procès du génocide arménien

© Berghahn Books, 2011

Parution d’un nouvel ouvrage qui situe les procès ottomans de l’après-Première Guerre mondiale dans leur contexte historique et juridique

Institut Zoryan, Toronto (Canada)


Au lendemain de sa désastreuse défaite lors de la Première Guerre mondiale, la Turquie ottomane dut faire face au crime commis en temps de guerre de la destruction de sa population arménienne. Une enquête diligentée par le gouvernement ottoman en 1919 présenta suffisamment de preuves préliminaires pour que fût organisée une série de procès impliquant les perpétrateurs de ces crimes. C’est le dossier de ces procès et les détails incomparables qu’ils livrent sur la planification et la mise en œuvre de ces crimes atroces qui a réuni les deux chercheurs les plus éminents sur le génocide arménien, les professeurs Vahakn Dadrian et Taner Akçam, dans leur première publication conjointe. C’est avec une grande fierté que l’Institut Zoryan annonce qu’après des années de recherches et d’analyses, les auteurs ont compilé pour la première fois en anglais l’intégralité des documents des procédures judiciaires et ont situé ces découvertes dans leur contexte historique et juridique.

L’ouvrage s’intitule Judgment at Istanbul : The Armenian Genocide Trials [Jugement à Istanbul : les procès du génocide arménien] et est publié par les éditions Berghahn Books de New York et Oxford.

En présentant ce livre, le professeur Dadrian observe : « Il s’agit d’un ouvrage très important, pour deux raisons. Premièrement, il est basé sur une documentation turque authentique, que le gouvernement ottoman fut contraint de divulguer lors de ces procès. Deuxièmement, contrairement à la plupart des ouvrages sur le génocide arménien, qui sont des interprétations historiques, cette étude, pour la première fois, se fonde aussi sur le témoignage d’officiels ottomans de haut rang, déposés sous serment, concernant l’ampleur des crimes commis contre les Arméniens et, en ce sens, constitue une étude de cas juridique du génocide arménien. »

Durant plus de cinquante ans de recherches personnelles sur ce sujet, Dadrian découvrit que le Takvim-i Vekâyi, le journal officiel du gouvernement ottoman, ne fut pas la seule source majeure d’information sur ces tribunaux militaires. En fait, Renaissance, un quotidien arménien francophone de Constantinople à cette époque, publia les résumés de nombreuses procédures judiciaires à partir des reportages des journaux d’alors en langue ottomane, lesquelles n’étaient par ailleurs pas reprises dans les documents officiels du gouvernement.

Coauteur du livre, le professeur Akçam relève : « Alors que les documents officiels du gouvernement ne recensent que douze procès, les journaux nous en détaillent soixante-trois. Pour la première fois, l’information extraite des journaux ottomans de l’époque a été utilisée afin de reconstituer les procès. De grands efforts ont été nécessaires pour récupérer tous les exemplaires possibles des quatorze journaux ottomans d’alors, autrement dit, se rendre auprès de nombreuses bibliothèques dans différentes villes. Souvent, les articles que nous cherchions avaient été découpés dans tel endroit, mais nous sommes parvenus à trouver un exemplaire ailleurs. » L’Institut Zoryan a soutenu le recollement de ces journaux, leur traduction et translittération, dans le cadre d’un projet à long terme intitulé « Créer un corpus commun de savoir » et en conserve les copies dans ses archives.

Le président de l’Institut, K.M. Greg Sarkissian, précise : « L’objectif est de constituer un savoir, qui sera mis en commun tant par les sociétés civiles turque et arménienne, que par la recherche en Occident. Le but est de localiser, collecter, analyser, translittérer, traduire, éditer et publier des documents d’archives originaux faisant autorité, reconnus par tous, sur l’histoire des événements entourant 1915, en turc et en anglais. » Soulignant l’importance non seulement du matériau source primaire dans ce livre, mais aussi de l’analyse livrée par les auteurs du livre, il poursuit : « Plus ce genre de documents sera accessible à la société turque, plus celle-ci sera habilitée, en toute connaissance de cause, à questionner les discours imposés par l’Etat. Rétablir une mémoire historique précise profitera non seulement à la société turque, mais aussi à celle de l’Arménie. Toutes deux seront libérées de la camisole de force imposée au passé. Ce Corpus commun de savoir conduira, espérons-le, à une compréhension mutuelle, agira comme catalyseur de dialogue et aidera à la normalisation des relations entre les deux sociétés. Judgment at Istanbul est l’exemple le plus récent de la grande importance qu’accorde l’Institut Zorian à un Corpus commun de savoir comme facteur clé en vue d’aider l’avenir de toute relation entre Turquie et Arménie. »

Les procès décrits dans Judgment at Istanbul eurent une portée considérable dans la communauté internationale. Premier tribunal national chargé de poursuivre des affaires d’atrocité de masse, les principes de « crimes contre l’humanité », qui furent alors introduits, trouvèrent plus tard un écho dans la Charte de Nuremberg, celle de Tokyo et la Convention des Nations Unies pour la prévention et la répression du crime de génocide. Cet ouvrage représente une source essentielle pour les historiens, les juristes, les politologues, les sociologues, les responsables politiques et tous ceux qu’intéressent les études sur le génocide, les études turques et les études arméniennes. Il revêt aussi une grande pertinence actuelle, compte tenu de l’intérêt actuel au niveau international concernant le génocide arménien et son déni.


Vahakn N. Dadrian et Taner Akçam, Judgment at Istanbul : The Armenian Genocide Trials [Jugement à Istanbul : les procès du génocide arménien]. New York et Oxford : Berghahn Books, 2011, 363 p. – ISBN-13 : 978-0857452511

Contact : zoryan@zoryaninstitute.org

______________

Source : http://www.zoryaninstitute.org/Announcements/Judgment%20at%20Istanbul%20Press%20Release%20v6.pdf
Annonce parue le 21.11.2011.
Traduction : © Georges Festa – 12.2011.