vendredi 16 mars 2012

Malta / Malte - Armeni sull'isola / Arméniens insulaires

La Valette (Malte), Fort Saint-Ange, mai 2011
© fr.wikipedia.org


L’île aux Arméniens
par la rédaction d’Akhtamar on line, n° 133, 15.03.2012


Il existe une petite communauté arménienne qui vit à quatre-vingts kilomètres environ des côtes italiennes. Guère plus de trois cents personnes sur une île au milieu de la Méditerranée, entre Europe et Afrique.

Héritière d’une diaspora qui a abordé tant de terres, rejoint chaque recoin du monde, elle a atterri sur un petit archipel d’un peu plus de 300 km2 pour 400 000 habitants. Malte est peut-être un petit Etat, un point minuscule sur l’atlas du monde, mais c’est un pays qui depuis 2004 fait partie de l’Union Européenne, en assure la présidence tournante et a adopté la même monnaie que l’Allemagne, la France et l’Italie.

Une petite nation qui pèse cependant de son poids politique particulier.

A l’occasion de la présentation des lettres de créance de notre ambassadeur, S. E. Karapetyan, qui depuis le mois dernier est aussi le représentant diplomatique de l’Arménie à La Valette, évoquons ces Arméniens arrivés dans l’île aux abeilles (melita en grec).

Tout d’abord, comme il en va par ailleurs de chaque nation, les chiffres officiels sont trompeurs : les Arméniens à Malte sont probablement beaucoup plus nombreux, mais seule une partie d’entre eux est fière de se définir comme appartenant à la communauté.

Les premiers contacts entre les deux peuples remontent au 11ème siècle, alors que l’importance et l’organisation croissantes de l’Ordre de saint Jean (Ordre souverain militaire de Malte) attirent aussi un grand nombre d’Arméniens, dont le flux migratoire s’accrut après la chute du royaume de Cilicie, laquelle amena nombre de chevaliers arméniens à rejoindre cette île méditerranéenne.

Une seconde vague migratoire se produisit après le génocide de 1915 et une troisième lors de l’effondrement de l’Union Soviétique.

La communauté arménienne de Malte fut enregistrée en tant qu’association sur la base du volontariat en 2009 et tint, le 31 juillet de cette même année, sa première assemblée générale constitutive.

Ses objectifs, comme pour toutes les communautés arméniennes à travers le monde, sont de préserver l’identité nationale et de faire connaître son histoire et sa culture.

Le 22 décembre dernier, fut inauguré, devant la résidence du maire de la capitale, dans les Jardins Hastings, un khatchkar réalisé pour cette occasion en Arménie et transporté à Malte ; ont participé à cette cérémonie le maire de la capitale et des représentants du Parlement maltais.

En outre, au niveau parlementaire dans les deux pays, se sont formés des groupes d’amitié ayant pour but de renforcer davantage les liens politiques et culturels entre les deux peuples.

Les deux pays ont, par ailleurs, leur fête nationale le 21 septembre, jour de l’indépendance (1964, celle de Malte par rapport aux Anglais).

Le 24 juin 2010 a été lancé le site officiel de la communauté (précisons : Komunità, comme l’on écrit en maltais) en trois langues (arménien, anglais et russe), qui fait office de point de référence et de source d’informations.

Le président de la communauté est la doctoresse Vera Boyajyan, qui réside dans l’île avec sa famille depuis 2005.

Ainsi, même dans le petit Etat maltais, se renforcent les liens entre les Arméniens ; toujours plus enracinés sur le territoire, mais fiers de leurs origines et de leur histoire.

____________

Source : http://www.comunitaarmena.it/akhtamar/akhtamar%20numero%20133%20%2815%20marzo%29.pdf
Traduction de l’italien : © Georges Festa – 03.2012.

site internet : www.malta-armenia.eu