lundi 9 avril 2012

15 avril 1912

Titanic, quai de Southampton, avril 1912
© fr.wikipedia.org



Sur les quelque 1500 victimes du naufrage, qui se souvient encore des 16 Arméniens décomptés, dont 4 seulement survivront ?

Né à Keghi [Kigi] (actuelle province de Bingöl, Turquie) le 12 mai 1886, domicilié à Abosknak (Turquie), agriculteur, alors âgé de 25 ans, et arrivant de Marseille, Neshan Krekorian embarque à Cherbourg, muni d’un ticket de 3ème classe, n° 2654. L’un des quatre Arméniens survivants, qui s’éteindra le 21 mai 1978 à St. Catharines, Ontario, Canada.

Né le 15 avril 1890 en Arménie turque et domicilié à Kigi, David Vartanian, 22 ans, venu lui aussi de Marseille, embarque de même à Cherbourg en 3ème classe (ticket n° 2658) et aura la chance d’en réchapper. Victime d’un anévrisme le 3 août 1966 à Détroit (Michigan).

Originaire lui aussi de Keghi [Kigi], Ortin [Artin, diminutif de Haroutioun] Krekorian, jeune agriculteur de 27 ans, embarqué à Cherbourg, après un séjour à Marseille, passager de 3ème classe (ticket n° 2670), disparaîtra.

3 autres de leurs compatriotes, natifs de la même localité et provenant encore de Marseille, connaîtront le même sort : Arsen Siraganian, 22 ans, embarqué à Cherbourg (passager de 3ème classe, ticket n° 2669), ainsi que Mapriededer [Mampré Der] Zakarian, 22 ans (3ème classe, ticket n° 2656) et Ortin [Artin, Haroutioun] Zakarian, 27 ans, agriculteur de profession (3ème classe, ticket n° 2670).

Rejoints par l’infortuné Sarkis Lahoud [Lahoundian] Ishaq Mourad, 30 ans, originaire de Turquie, et Sarkis Mardirossian, 25 ans, d'origine libanaise et antiquaire à Lyon, embarqués eux aussi à Cherbourg (3ème classe, tickets n° 2624 et 2655).

Seront de même retrouvés noyés : Thomas Toumaian et son jeune fils, Simon Bedrossian, Khatchig [seul le prénom nous est parvenu], Abkar Mouradian et Bédros Yazbeguian (The Times, 13 mai 1912).

Seule une Arménienne est présente : Miss Anna Hamalian, âgée de 23 ans, embarquée, avec son jeune fils Wiljol, à Southampton en 2de classe le 10 avril, et qui figurera parmi les rescapés.

Autant de patronymes, d’origines, de trajectoires diverses qui tissent leur mystère, leur trouble. Il serait loisible de retrouver les éventuels descendants, proches et apparentés. Et tout autant instructif de décliner les motivations, expliquer les distinctions ou encore anticiper le pire qui devait suivre.


Dans ce naufrage se lisent à l’instant un résumé, une cristallisation, un énième avatar du tourbillon de l’histoire. Laquelle avance masquée, mélange les cartes. Comme s’il fallait détourner les regards, apaiser les pressentiments. Terre Promise contre enfer programmé.

Au jeu effroyable des nombres la raison vacille. Folie industrielle ou nationaliste. Qui emporte errants et conquérants, désespérés et utopistes. Où l’on songe au héros poignant d’America, America. D’autres listes suivront. Chaque fois plus implacables. Irrémédiables. Avrils de sang et de noyades. Avrils de la mémoire et des résurrections.

© georges festa – 04.2012


Sur les Arméniens retrouvés noyés, voir l'article paru dans le Times, le 13 mai 1912 et reproduit dans l'Encyclopedia Titanica - http://www.encyclopedia-titanica.org/some-armenian-victims.html.
Sur Neshan Krekorian, l'un des quatre rescapés, voir l'article de Don Fraser, paru in
The Standard (Ontario, Canada) le 10.04.2001 et signalé par Guillaume Arabadjian - http://www.reocities.com/kegham.geo/titanic.html

L'arrière-petite-fille de David Vartanian, Melissa Vartanian, s'est récemment mariée dans le cadre de l'exposition consacrée au Titanic au Musée de Milwaukee (Wisconsin, USA) - http://www.armenews.com/article.php3?id_article=51583. Happy end ?