lundi 23 avril 2012

Lucine Kasbarian - Ode to Western Armenia / Ode à l'Arménie Occidentale

Sourp Khatch – Arménie Occidentale, 2010
© Levon R.


Ode to Western Armenia - Asking for Your Blessing

par Lucine Kasbarian

Hetq, 20.04.2012



On our cellar walls, you are immortal.

Over the years, I’ve conversed with you.

I speak the mother tongue your resolute children, my parents, taught me.

You stare back thoughtfully, through sepia-toned photos.

Your bodies are stocky; you wear clothes you made yourselves.

Your hands are calloused from planting, building, kneading and mending.

Your faces are stoic, even when in bridal garb.

Your expressions carry a worldliness born from suffering and uncomplaining dignity.

Almond shaped, your eyes have the heavy lids that is our ancestral birthright.

They betray the sleeplessness of tormented memory, and exhaustion from rebuilding shattered lives.

Sometimes I ask about Dikranagerd, sometimes Sepastia -- wishing you could reminisce.

I long for your folk wisdom, your Old Country ways.

I ask you to recall our gentle kertastan before the seizures, slaughters and destruction.

I try to picture how you subsisted as lambs before wolves.

You patiently listen as I speak of the burdens of today’s Armenian -- no matter how light when compared to yours, and sometimes just as onerous.

Then I ask forgiveness for not doing more.

Many times I seek to borrow your strength, your all-seeing wisdom.

Why did you die before I could know you?

In my mind, your penetrating eyes lavish the love only grandparents can give.

Year after year, I yearn for you to speak up and say,

“We see you clearly from above.

You carry our blood in your veins.

You feel our ancient world in your bones.

You live with our history.

You possess our ethic.

You dance and sing authentically.

You persist in spite of exile.

You know our sufferings.

You speak for us.

You won’t forsake us.

You have our blessing.

You do us justice.

You are Western Armenia.”


Lucine Kasbarian


___________________


Ode à l’Arménie Occidentale – En sollicitant ta bénédiction



Sur les murs de nos caves, immortelle tu es.

Au fil des ans, avec toi je converse.

Je parle la langue maternelle que tes enfants décidés, mes parents, m’ont enseigné.

Pensive, tu me dévisages, à travers des photos couleur sépia.

Râblées sont tes formes ; portant les vêtements que toi-même as fabriqués.

Calleuses sont tes paumes à force d’avoir planté, bâti, pétri et raccommodé.

Stoïques sont tes traits, jusque sous les atours de la mariée.

D’un attachement terrestre né de la souffrance et d’une patiente dignité sont empreintes tes expressions

En forme d’amande, tes yeux ont ces lourdes paupières qui sont notre apanage ancestral de naissance.

Trahissant l’insomnie d’une mémoire tourmentée, et l’épuisement d’avoir rebâti des existences brisées.

Parfois sur Tigranakert, parfois sur Sébastia je t'interroge – espérant que tu t’en ressouviennes.

De ta sagesse populaire, de tes manières du Vieux Pays, je me languis.

A toi j’en appelle pour que tu ressuscites notre chère kertastan d'avant les spoliations, les massacres et la destruction.

Tels les agneaux parmi les loups, j’essaie de me représenter comment tu subsistas.

Patiemment tu écoutes, tandis que j’évoque de l’Arménien d’aujourd’hui les fardeaux – peu importe leur légèreté, comparés aux tiens, et parfois tout aussi lourds.

Puis, je te demande pardon de n’en pas faire davantage.

Tant de fois, ta force, ta sagesse qui voit tout, je cherche à faire miennes.

Pourquoi es-tu morte avant que je ne puisse te connaître ?

Dans mon âme, tes yeux pénétrants prodiguent l’amour que seuls peuvent offrir les grands-parents.

Année après année, j’aspire à ce que tu élèves la voix et déclares :

« D’ici haut nous te voyons en toute clarté.

Dans tes veines court notre sang.

Dans tes os se meut notre ancien monde.

Avec notre histoire tu vis.

De notre morale tu es porteuse.

Authentique, tu danses et tu chantes.

Plutôt que de t'exiler, tu t'obstines.

Nos souffrances tu sais.

En notre nom tu parles.

Tu ne nous abandonneras pas.

Notre bénédiction tu as.

Justice tu nous rends.

Arménie Occidentale tu es. »

Lucine Kasbarian

_____________

Source : http://hetq.am/eng/news/13322/ode-to-western-armenia---asking-for-your-blessing.html
Adaptation : © Georges Festa – 04.2012.