samedi 2 février 2013

London - Sotheby's Exhibition : "At The Crossroads" / Sotheby's Londres - Exposition "Au carrefour"

Vruyr Galstyan, Souvenir, 1973
© www.mediamax.am

 
Sotheby’s Londres : 

participation d’artistes arméniens à la première vente-exposition d’art contemporain en provenance du Caucase et d’Asie Centrale
 

 

LONDRES – Sotheby’s organise prochainement « At The Crossroads, » [Au carrefour], la première vente-exposition à ce jour d’art contemporain en provenance d’Asie Centrale et du Caucase. Cette exposition pionnière, qui inclut l’art des montagnes du Caucase à la steppe du Kazakhstan et aux frontières de la Chine, se tiendra dans les locaux de Sotheby’s, sis New Bond Street, du lundi 4 au mardi 12 mars 2013.

« At The Crossroads » rassemblera une cinquantaine d’œuvres d’art contemporain, dans des médias variés, par des artistes d’Asie Centrale et du Caucase, dont l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Géorgie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan. L’exposition présentera de l’art anticonformiste ou réaliste socialiste des années 1960, parallèlement aux pratiques contemporaines émergentes.

Jo Vickery, en charge de longue date du département d’art russe à Sotheby’s Londres, commente ainsi cette initiative pionnière : « Les pays du Caucase et d’Asie Centrale ont connu ces dernières années une croissance rapide et c’est aussi vrai de la scène artistique ici. De nouveaux collectionneurs, de nouvelles institutions artistiques et galeries émergent chaque jour et il s’agit pour Sotheby’s d’explorer une géographie nouvelle et captivante. Nous sommes donc ravis de présenter cette exposition vente qui fera date et qui embrasse les diverses pratiques artistiques de cette région, combinant racines historiques anciennes et techniques à l’avant-garde de l’art contemporain. »

Trois artistes arméniens sont représentés dans cette exposition. Il s’agit d’Armen Gevorgyan, Vruyr Galstyan et Ruben Grigorian.

Pour Gevorgyan, le rôle de l’agriculture dans la société arménienne est un aspect qu’il désire souligner. Dans cette œuvre qui fut réalisée d’après sa sculpture éponyme de 1988, Armen Gevorgyan, éminent sculpteur arménien, aborde le concept philosophique de cycle existentiel. La roue brisée véhicule un sens particulier pour le peuple arménien, dont la conscience nationale fut créée à partir d’une longue histoire de déplacements. Gevorgyan convie le spectateur à méditer sur les cycles de vie brisés de ceux dont les mémoires sont habitées de longs périples et d’une patrie perdue.

Au cours de sa carrière, Vruyr Galstyan a utilisé de plusieurs manières la couleur afin d’explorer en profondeur les notions complexes de la place de l’homme dans l’espace et le temps. Son approche stylistique durant les années 1960 peut être considérée comme distincte de celle de sa période ultérieure des années 1970 et 1980.
Ces deux périodes se caractérisent par la domination des blancs et des noirs. Néanmoins, si ses compositions des années 1960 possèdent une harmonie assourdie de tons pastels, il préféra de plus en plus des couleurs contrastées et presque violentes dans sa trajectoire ultérieure. Il s’agit là d’un autoportrait, central dans le développement de son œuvre de la maturité. Dans cette composition, l’artiste explore la peinture en tant que médium, grâce à une application dense de la peinture et une palette de couleurs intenses et contrastées. Les épais contours noirs sont un vestige de ses premières œuvres, mais contribuent désormais à isoler les formes de couleur contrastées, lesquelles élaborent le plan pictural. Dans « Souvenir », il développe une approche complexe de la linéarité des formes et de l’interaction des plans de couleur, découvrant une improbable fusion entre le discours moderniste et celui, profondément traditionnel, des manuscrits enluminés et des modèles de tapis arméniens.

Ruben Grigorian a étudié au Collège d’Art Panos Terlémézian d’Erevan, de 1971 à 1977, puis à l’Institut d’Etat des Beaux-Arts d’Erevan entre 1978 et 1984. L’année suivante, il devint membre de l’Union des Artistes d’Arménie. Il exposa pour la première fois avec le groupe d’avant-garde 3ème Etage et depuis lors s’est produit régulièrement à travers le monde, dont Buenos Aires, Chicago, Moscou, Londres, l’Allemagne et Erevan. Depuis 2000, il travaille au Centre National du Cinéma à Erevan. Son œuvre se compose en grande partie de peintures précises, naturalistes, présentant une imagerie surréaliste, mais il a aussi illustré plusieurs livres pour enfants.

Dans ses œuvres, explique-t-il, il tente d’ « unir le monde qui nous entoure avec la réalité mystique parallèle. L’imaginaire est l’élément le plus important en art et les passages qu’il ouvre nous transportent vers le passé et vers l’avenir. »

Pour plus d’information, consulter le site de Sotheby’s :
http://www.sothebys.com/fr/auctions/2013/central-asia-selling-exhibition-l13009/overview.html

__________

Source : http://www.mirrorspectator.com/pdf/020213.pdf
Traduction : © Georges Festa – 02.2013.