vendredi 10 mai 2013

L'Arménie et les Jeux Olympiques - Armenia and the Olympic Games


L’Arménie et les Jeux Olympiques

Armenian Voice (Londres), Winter 2013, No. 61

 

Bien avant que le baron Pierre de Coubertin, après une parenthèse de quelque 1200 ans, n’organise les Jeux Olympiques modernes d’Athènes en 1896, les antiques Olympiades, qui débutèrent en 776 avant notre ère, célébrèrent d’innombrables athlètes tous les quatre ans, dont quelques Arméniens célèbres.

Parmi eux, le prince Varazdat [latinisé en Varastades] Archakouni [Arsacide], futur roi d’Arménie, fut le dernier vainqueur connu des anciens Jeux Olympiques, remportant le tournoi de boxe lors des 291èmes Olympiades (en 385 de notre ère). Une plaque commémorative, exposée aujourd’hui au Musée Olympique d’Olympie, en Grèce, détaille sa victoire en qualité de champion le plus honoré de ces mêmes Olympiades.

Lors des 265èmes Olympiades, 104 ans plus tôt (en 281 de notre ère), un autre champion célèbre, non grec (de lutte) fut le souverain arménien Tiridate III (286-342), qui en 301 adopta le christianisme comme religion d’Etat, faisant de l’Arménie la première nation chrétienne.

Les exploits des deux rois sont relatés par l’historien arménien Moïse de Khorène [Movses Khorenatsi] dans son Histoire de l’Arménie. Les anciens Jeux Olympiques prirent fin en 393 de notre ère, lorsque l’empereur romain Théodose Ier, converti au christianisme, les abolit officiellement en tant qu’ancien rite religieux « païen ». En 1998, l’Académie Internationale Olympique installa à Olympie un buste en marbre, dû au sculpteur Lévon Tokmadjian, en l’honneur du souverain arménien Varazdat Archakouni.

Le premier champion olympique arménien des Jeux modernes fut Hrant Chahinian (1923-1996), né dans le village de Gyulagarak, qui à 28 ans participa aux Jeux d’Helsinki en 1952, en qualité de membre de l’équipe nationale de gymnastique artistique de l’URSS, s’adjugeant deux médailles d’or aux épreuves combinées de gymnastique aux anneaux et en équipe, et deux d’argent aux épreuves individuelles de gymnastique masculine et de cheval d’arçons. Il fut aussi sept fois champion d’URSS et deux fois champion du monde. Parmi les autres Arméniens en lice avec Chahinian – représentant tous l’Union Soviétique – figuraient Albert Azarian et Artur Akopian.

L’Arménie fut représentée pour la première fois en tant que pays unifié aux Jeux de Barcelone en 1992 dans le cadre de la Communauté des Etats Indépendants (CIS). Avec seulement cinq athlètes en lice, l’équipe remporta trois médailles d’or en haltérophilie, lutte et tir. L’Arménie participe en qualité de nation officiellement indépendante depuis les Jeux d’hiver de Lillehammer (Norvège) en 1994.

La première (et unique) médaille d’or que l’Arménie remporta comme pays indépendant le fut lors des Jeux d’été d’Atlanta en 1996 par Armen Nazarian, en lutte gréco-romaine. Il s’adjugera ensuite une autre médaille d’or, lors des Jeux de Sydney en 2000, mais cette fois au nom de la Bulgarie. Lors des Jeux d’Athènes en 2004, il obtint la médaille de bronze, à nouveau au nom de la Bulgarie. Lors des Jeux d’été à Londres en 2012, l’Arménie a remporté un total de trois médailles (une d’argent et deux de bronze), rejoignant la Belgique et la Finlande à la 60ème place. 

___________

Source : http://www.caia.org.uk/wp-content/uploads/2010/08/Armenian-Voice-61.pdf
Traduction : © Georges Festa – 05.2013.