mardi 10 décembre 2013

Alice Navasargian - The Immortals / Les Immortels






© Alice Navasargian, 2012

The Immortals redonne vie à des récits arméniens mythiques et historiques


WATERTOWN, Mass. - Lors d'une réception à l'Armenian Library and Museum of America (ALMA), dimanche 12 mai, [furent] présentés l'essayiste Alice Navasargian et son tout dernier ouvrage, The Immortals: A Pictorial Anthology of Historiographic Works - Brief Anthology of Armenia and Armenians in Persia [Les Immortels : anthologie en images d'oeuvres historiographiques - Petite anthologie de l'Arménie et des Arméniens en Perse].

Avec le soutien conjoint de l'ALMA, de la National Association for Armenian Studies and Research (NASSR) et de l'Armenian International Women's Association (AIWA), cette réception [fut] l'occasion pour l'A. de présenter le long processus par lequel elle a tissé ce "récit en images", richement illustré, fait d'événements et de personnages hors pair de l'histoire et de la légende arméniennes.

Plus de 1 500 photographies figurent dans les pages de ce livre, pour la plupart dans des couleurs superbes, d'autres en tirage sépia, extraites de nombreuses sources, dont des ouvrages anciens, des cartes, des gravures, des photographies, des affiches, des manuscrits, des tableaux et autres objets de valeur.

The Immortals reprend le modèle de deux livres précédents d'A. Navasargian, Golden Bridges: 20th Century Iranian-Armenian Painters (AAA Publ., 1997), qui reproduit les oeuvres d'art et les biographies de 44 peintres arméniens natifs d'Iran, et Armenian Women of the Stage (A. Navasargian, Lapinco Inc., Glendale, CA, 1999), qui présente les Arméniennes célèbres dans les arts du spectacle, du passé à nos jours.  

Originaire de Tabriz (Iran), Alice (Minassian) Navasargian a grandi dans une famille très impliquée dans la culture et la cause arménienne. Après avoir étudié la musique et les arts à Tabriz, elle a obtenu une licence en études arméniennes et histoire à l'université d'Ispahan. Suite à son mariage, elle est partie avec son mari et ses enfants en Amérique en 1978, vivant plusieurs années à Weston (Mass.), avant de gagner Los Angeles.

Son ouvrage débute, explique-t-elle, par ces "récits mythiques et historiques d'autrefois, lorsque notre vision du monde gravitait autour de ces légendes merveilleuses et édifiantes, véhiculées par nos anciens." Pour les Arméniens, laisse-t-elle entendre, raconter des histoires est un vecteur important, grâce auquel les générations plus anciennes ont communiqué avec les plus jeunes, transmettant les fondamentaux de la civilisation arménienne et livrant les moyens de préserver la culture arménienne, y compris en diaspora.

A côté de figures familières telles que Vartan Mamikonian, Movsès Khorenatsi [Moïse de Khorène] et Grigor Narekatsi [Grégoire de Narek], The Immortals en présente d'autres, moins connues, comme le grand médecin du Moyen Age Mkhitar Heratsi [Mékhitar de Her] (12ème siècle), l'historiographe Arakel Davrizhetsi [Arakel de Tauriz] (16ème siècle), et Hovhannès Massehian, traducteur arménien de Shakespeare (19ème siècle).

L'ouvrage représente une véritable mine d'informations sur l'Arménie et les Arméniens à travers les époques. Les matériaux relatifs aux Arméniens d'Iran et de Russie occupent une place de choix, consacrant de longs développements au diplomate Mir Davit Melik Chahnazarian, à la grande famille des Lazarian de la Nouvelle-Joulfa en Iran, au "baron du pétrole dans le Caucase" Alexandre Mantachiants, entre autres. Sont de même évoqués les liens moins connus avec l'Arménie de personnages célèbres, tel Jean-Jacques Rousseau, qui aimait s'habiller à la façon des nobles arméniens du Karabagh...

Contacts : info@almainc.org; info@aiwainternational.org; hq@naasr.org   

Traduction : © Georges Festa - 12.2013