dimanche 8 décembre 2013

Lena Gorginyan





© Lacis, 1982

Une exposition d'un jour de dentelles éblouissantes de complexité
par Florence Avakian


NEW YORK - Des siècles durant, les Arméniennes ont réalisé de complexes et laborieux ouvrages de dentelle, précieusement conservés par leurs familles et transmis à travers les générations. Certains sont si délicats et fragiles qu'ils sont préservés avec les plus grandes marques d'affection et d'attention, pour ne voir la lumière du jour que lors d'expositions à l'attention d'un public admiratif.

Dimanche 13 octobre [2013], sous les auspices de la cathédrale arménienne de Saint-Vartan et de son diacre, le Très Révérend Père Mamigon Kiledjian, une exposition d'admirables créations en dentelle de Lena Gorginyan, artiste experte en travaux d'aiguille, était proposée. Une première, le public n'ayant jamais été convié aux motifs harmonieux, novateurs et uniques, plus de 40 ouvrages de dentelle - certains étant larges d'1,50 m sur près d'un mètre - qui furent exposés lors de cette exposition d'un jour.

Il y avait là des croix, des khatchkars [pierres-croix], des églises, des fleurs, des colombes de paix, des dessous de verre, des châles, des nappes, ainsi que des études mystiques et poétiques, toutes créées par L. Gorginyan, par son coeur et son esprit. "Il ne faut pas se contenter d'observer la nature, il faut aussi la vivre," écrit-elle. "Je me suis efforcée de parvenir à une harmonie dans mon coeur et mon âme. Jusqu'à ce jour, je me demande et je n'arrive pas à m'expliquer quel mystérieux esprit invisible m'a conduit à créer ces modèles symboliques, dont j'ignorais l'existence auparavant."

Accueillant les participants - plus de deux cents - à cette exposition, Angela Kazarian, organisatrice de cette manifestation et spécialiste de l'art de la couture, souligna que, bien qu'il existe de nombreux types de dentelles à travers le monde, l'artisanat arménien de la dentelle "est très original et diffère des artisanats des autres nations. Il est unique par sa technique, des modèles ornementaux et, en particulier, dans l'ordre de son arrangement, au fil de la dentelle."

A. Kazarian expliqua que les différents thèmes des créations de L. Gorginyan "dépassent les frontières de l'art appliqué à la décoration et formulent une réalité neuve." Autre singularité, le fait que personne n'avait auparavant tenté de réaliser des khatchkars en dentelle. "Recourant à un symbole d'éternité et à la fascination des Arméniens pour les fleurs et la renaissance, elle a créé un genre nouveau dans l'histoire de la dentelle. Les khatchkars ont toujours été un "travail d'aiguille" en pierre. Travail qu'elle a réalisé dans la dentelle," a-t-elle ajouté.

Présente à cette exposition, le docteur Helen C. Evans, conservatrice du fonds Mary et Michael Jaharis d'art byzantin au Metropolitan Museum of Arts, et spécialiste réputée des manuscrits enluminés arméniens, rappela que les dentellières comptent parmi les souvenirs de son premier voyage en Arménie, au début des années 1980.

"J'étais si fascinée par les bobines suspendues à la dentelle réalisée par les gardiennes au Musée National que je me souviens autant de leur travail que des antiquités que je découvrais," précisa-t-elle.

Elle jugea tout aussi important le fait que ces oeuvres de Gorginyan représentent des khatchkars, "un symbole durable de l'Arménie. Leurs formes monumentales en pierre sont traduites ici dans d'exquises dentelles,", conviant l'assistance à venir voir les khatchkars en pierre, conservés au Metropolitan Museum. L'un d'eux, en provenance de Geghard, appartient aux Nations Unies, offert au monde par l'Arménie, et est actuellement abrité au Metropolitan, durant les travaux de rénovation du bâtiment des Nations Unies. L'autre, un khatchkar monumental, est un prêt pluriannuel de l'Arménie au Metropolitan. "Il compte des entrelacs qui font penser à de la dentelle," qualifiant l'oeuvre de Gorginyan d'"exceptionnelle."

Originaire du village d'Odzun, dans la région de Lori, où elle est née en 1930, L. Gorginyan a étudié à l'Institut Pédagogique d'Erevan, se spécialisant dans les sciences physiques et les mathématiques. 51 ans durant, elle a enseigné la physique et l'astronomie dans des lycées à Erevan et à Shamlugh (marz de Lori), recevant mains honneurs et prix, dont le titre de "Professeur émérite de la République d'Arménie."

En 1975, elle se lança dans la dentelle et, en 2009, se voit décerner le titre d'experte nationale en broderies auprès du ministère de la Culture. La même année, ainsi qu'en 2012, ses oeuvres raffinées sont exposées au Musée d'Art Populaire d'Erevan et, de même, lors de la monumentale exposition consacrée au 500ème anniversaire de l'imprimerie arménienne, au Musée d'Histoire d'Erevan, toujours en 2012.

De nombreuses personnalités en Arménie ont reconnu et fait l'éloge du talent artistique de L. Gorginyan, dont le poète et écrivain Metakseh, pour qui les travaux d'aiguille sont "fascinants et stupéfiants. La beauté et la richesse de ces oeuvres sont semblables à des monuments non réalisés à la main, voués à l'âme éternelle de l'Arménie. Elles sont profondément émouvantes et frappent l'observateur par leur délicatesse, leur richesse d'inspiration et leur caractère unique."

Citons encore le metteur en scène Samvel Khalayan : "Madame Gorginyan est la digne héritière de ses ancêtres arméniens, qui chérissaient les traditions d'esprit créateur et de raffinement en matière de dentelle. Chacune de ses oeuvres revêt une importante valeur artistique, faisant sienne la musique, l'élégie et l'éloquence du silence."      
              
Traduction : © Georges Festa - 12.2013