samedi 3 mai 2014

Douglas Kalajian - Stories My Father Never Finished Telling Me: Living With The Armenian Legacy Of Loss And Silence / Ces histoires que mon père n'a jamais fini de me raconter : Vivre avec l'héritage arménien, fait de perte et de silence



© 8220 Press, 2014


Un nouvel ouvrage relate la lutte d'un fils pour comprendre la vie de son père après le génocide
The Armenian Weekly, 01.05.2014


BOYNTON BEACH, Floride - Pour Douglas Kalajian, le titre de son nouveau livre transmet un dilemme, lequel sera familier à nombre d'Arméno-Américains nés après le bouleversement, qui chassa leurs parents et grands-parents de leur patrie.

Stories My Father Never Finished Telling Me: Living With The Armenian Legacy of Loss And Silence [Ces histoires que mon père n'a jamais fini de me raconter : Vivre avec l'héritage arménien, fait de perte et de silence] relate les tentatives de Kalajian pour mieux comprendre l'histoire de son père, survivant du génocide arménien.

Le père de l'A., Nichan Kalajian [Kaladjian], naquit à Dikranagerd (Diyarbakir), en 1912. Pour lui, le génocide ne fut pas un événement lointain, historique, mais une réalité qui détermina son existence. Il perdit sa mère, sa maison et tout ce qui lui était familier, avant de se retrouver seul au monde.

"J'ai su très tôt pas mal de choses," précise l'A. "Mais je cherchais désespérément à en apprendre davantage : comment il avait survécu, comment il réussit à préserver sa raison et sa foi, comment il alla de l'avant, sans être rongé par l'amertume et la haine."

Ce à quoi son père se refusa.

"Il géra ses souvenirs les plus pénibles d'une façon très arménienne, en les mettant de côté," précise D. Kalajian. "Ma mère me conseilla de ne jamais l'interroger à ce sujet, et jamais je ne le fis - du moins, pas directement."

Or, chaque fois qu'une occasion se présenta, il aborda le sujet de manière oblique, avec beaucoup de prudence. Les résultats furent souvent frustrants, mais parfois captivants.

"Lorsqu'il voulait bien répondre, mon père ne partageait souvent qu'un ou deux fragments, avant de changer de sujet ou de revenir à ses livres," note Kalajian. "J'en étais réduit à supputer l'importance de chacun de ces fragments et à le connecter à tout ce qui l'avait précédé ou suivi."

Voilà comment ce dialogue, une vie durant, entre père et fils, se poursuivit, par à-coups, livrant les morceaux éparpillés d'un puzzle, que l'A. essaie encore de compléter, plus de vingt ans après la mort de son père.

"En tant qu'écrivain, je me sentais obligé de rapporter autant que possible l'histoire de mon père, parce que je pense qu'elle comporte des enseignements importants," souligne Kalajian. Mais j'avais aussi envie de raconter ma propre histoire, grandissant à l'ombre de cet immense cataclysme, avec un père qui ne parlait pas de ce qu'il avait vécu."

Le sous-titre de l'ouvrage "traduit le défi qui était le mien d'apprendre à apprécier un héritage culturel complexe, à la fois riche et merveilleux, mais aussi sombre et pénible à voir."

Point essentiel, Kalajian souligne qu'il a écrit ce livre pour sa fille et les jeunes de son âge, dans l'espoir qu'ils comprennent "comment célébrer la meilleure part de cet héritage, tout en vainquant finalement la souffrance."

[Journaliste retraité, Douglas Kalajian a travaillé comme rédacteur et auteur au Palm Beach Post, au Miami Herald et au New York Daily News. Il vit à Boynton Beach, en Floride, avec son épouse, Robyn. Tous deux animent www.thearmeniankitchen.com, un site internet dédié à la cuisine arménienne.   
Kalajian est aussi l'auteur du documentaire Snow Blind (Ravensyard, 2000) et coauteur de They Had No Voice: My Fight For Alabama's Forgotten Children (NewSouth, 2013). Stories My Father Never Finished Telling Me est son premier livre avec une thématique arménienne, et aussi le premier que Kalajian publie de façon indépendante. L'ouvrage est disponible sur Amazon.com et autres sites de vente, et peut être commandé auprès des libraires.

____________

Traduction : © Georges Festa - 05.2014