jeudi 4 septembre 2014

Pier Paolo Pasolini - Ciant da li ciampanis / Canto delle campane




Oran (Algérie), hauteurs de Santa-Cruz, 2010
© www.villedoran.com


Ciant da li ciampanis

Co la sera a si pièrt ta li fontanis
il me país al è colòur smarít.

Jo i soi lontàn, recuardi li so ranis,
la luna, il trist tintinulà dai gris.

A bat Rosari, pai pras al si scunís:
jo i soj muàrt al ciant da li ciampanis.

Forèst, al me dols svualà par il plan,
no ciapà pòura: jo i soj un spirt di amòur

che al so país al torna di lontàn.

Pier Paolo Pasolini, Poesie a Casarsa (1941-43), in La nuova gioventù


Le chant des cloches

Lorsque parmi les fontaines le soir s'égare,
mon village perd ses couleurs.

Et moi, au loin, qui me souviens de ses grenouilles,
de la lune, du crissement triste des grillons.

Le Rosaire se fait entendre, s'échappe parmi les prés :
et moi qui me meurs au chant des cloches.

Etranger, n'aie peur
de mon vol délicat au-dessus de la plaine :
je suis un esprit d'amour,

qui de loin revient dans son village.

Traduction : © georges festa - 09.2014