lundi 20 octobre 2014

"Transforming Sorrow," de Kardash Onnig : un projet nécessaire / Kardash Onnig's 'Transforming Sorrow': A Necessary Project



© https://www.facebook.com/TransformingSorrow


"Transforming Sorrow," de Kardash Onnig : un projet nécessaire
par Arpi Sarafian


"Monument à mon très cher Vahram" est une suite de 29 vers dédiés au fils, que le poète arménien Vahe Vahian perdit lors d'un accident tragique en 1976, "trop tôt, trop vite." Ce "sombre accident" "rend à nouveau orphelin cet homme orphelin," ajoutant un autre "sombre moment" dans son existence faite de "ténèbres et cendres." Le "chemin de Golgotha" du poète débute, lorsqu'à l'âge de 6 ans, il assiste à la mort de son père, au bord d'une route, "sa chemise baignée de sang," tandis que plus d'un million de ses compatriotes, "déracinés et éplorés comme lui," périssent lors des marches de mort, aux mains des Turcs ottomans, durant le génocide arménien de 1915. Vahian prend ce moment terrible de l'histoire comme point de départ de ses Lamentations.

Paradoxalement, pleurer la perte de son fils aide le poète à transcender sa douleur et à s'ouvrir à "la montagne de chagrin de l'humanité." "A nouveau je renais de mes cendres," écrit-il, faisant le serment de ne vouer à l'humanité que "ce qui est bien et noble." "C'est à toi, mon cher Vahram, que je dois ma renaissance et d'avoir grandi," ajoute-t-il.

Telle une révélation, l'aptitude d'un poète et d'un maître hors pair à passer d'un vécu personnel à un paradigme universalisant, prenant à bras le corps la souffrance humaine, gagne alors le sculpteur Kardash Onnig - l'un de ceux, nombreux, de sa génération à avoir été guidés par le poète. "C'est lui qui a ouvert la voie !" reconnaît Onnig, avec un enthousiasme enfantin. De fait, l'artiste voit dans l'accès du poète à une conscience nouvelle l'expression idéale de son combat, visant à faire d'un monde voué à la haine et à la destruction, un monde où les gens s'unissent dans la paix et l'harmonie.

L'universel est au cœur des initiatives artistiques d'Onnig, depuis plus de quarante ans. "Transforming Sorrow" [Changer le chagrin de forme] n'est, naturellement, pas sa première tentative pour sauver l'humanité de ses maux. Que ce soit l'installation de sculptures, en 1990, à la cathédrale Saint-Jean-Baptiste à New York, intitulée "Way of the Cross/Crossing Borders" [Chemin de croix / Franchir les frontières], qui traduisait un "franchissement" symbolique de la frontière turco-arménienne, à l'aide de 14 stations, figurant autant de métaphores; ou l'initiative "Gaza Rebirth" [Gaza Renaissance], en 2011, à Stanfordville (NY), le message de ses nombreux projets demeure fermement celui d'une réconciliation. Avec des parties en conflit dans le monde, plus nombreuses que jamais auparavant dans l'histoire, il est raisonnable de vouloir mettre fin à la folie et guider l'humanité sur la voie de la construction de la paix.

"Transforming Sorrow" est une installation multimédia, qui a pour ambition de "conduire les visiteurs à un rituel poétique de deuil, en les amenant à réfléchir sur l'universalité de la perte et de la souffrance, et à partager un sentiment d'espoir et de compassion pour toute l'humanité." Un "utérus de chagrin," avec une petite ouverture permettant à deux personnes de passer à travers, sert de "scène" à l'installation.

L'inauguration de l'exposition est prévue à New York au printemps 1915, afin de commémorer le 100ème anniversaire du génocide arménien. Des négociations sont en cours pour parrainer l'installation à Istanbul, Erevan et Bakou. L'artiste espère que son initiative encouragera toutes les parties à mettre un terme à cent années de deuil et de victimisation, d'un côté, et de déni, de culpabilité et de honte, de l'autre. Les personnes invitées à cette installation commémorative franchiront l'"utérus de chagrin" pour apparaître dans la "zone de transformation" environnante, explique l'artiste. "La souffrance est universelle," poursuit-il, réitérant l'affirmation du poète, selon lequel "le monde a besoin d'être soulagé de sa souffrance." En fait, le projet souligne l'importance transcendantale du chagrin, lors du processus de guérison.

"Transforming Sorrow" réunit deux éléments improbables - le poète classique et l'artiste non conventionnel, presque irrévérencieux. Les deux sont, néanmoins, unis dans leur vision d'un monde, où amour et compassion l'emportent. Grâce au pouvoir de leur art - l'un avec la force de ses mots et de ses images, l'autre avec ses créations visuelles frappantes - ils espèrent guider l'humanité hors de ses ténèbres millénaires.

Transformer les consciences est un message bienvenu, à une époque où nous nous préparons, semble-t-il, à créer les conditions idéales pour de nouvelles confrontations. Nous préparons des guerres au nom de la paix. Si la proposition d'Onnig aide à maintenir vivante la mémoire d'un acte historique atroce, son initiative donne aussi à l'humanité les "outils" pour la faire sortir d'un passé de "cendres et ténèbres," vers un avenir de lumière. Là encore, alors que nos entreprises n'ont jusqu'ici que perpétué l'intolérance et les exclusions, il est logique que nous nous engagions sur une voie alternative.

"Transforming Sorrow" constitue un appel désespéré au changement, au changement nécessaire. Mais ce n'est qu'avec l'aide de ses lecteurs que le projet d'Onnig sera rendu possible. Un message de guérison, qui mérite notre soutien. De fait, l'artiste offre une mini-sculpture - un objet décoratif, de 5 cm sur 7,5 cm, que l'on peut porter en boutonnière ou accrocher à un mur - conçu spécialement pour ce projet, pour chaque don de 400 dollars ou plus. Les dons de tout montant seront acceptés et le total des fonds collectés couvrira les coûts de production d'exposition prévue à New York.

"Transforming Sorrow" célèbre le pouvoir de transformation de l'art. Cette entreprise doit être menée, même si cela prend des millénaires.

[Arpi Sarafian enseigne à l'Université d'Etat de Californie, Los Angeles. Les dons pour ce projet peuvent être adressés à : "TRANSFORMING SORROW," Kardash Onnig, PO Box 145, Stanfordville, NY 12581. Préciser l'adresse postale pour le pin's commémoratif.]                    

___________

Traduction : © Georges Festa - 10.2014

site de Kardash Onnig : www.kardashonnig.com/