dimanche 9 novembre 2014

Kathleen Oliver - Ciné XIII Théâtre - Compagnie Melody Nelson : Sur le Bout de la Langue / Swollen Tongues




Kathleen Oliver
Sur le Bout de la Langue / Swollen Tongues
Traduite par Marie-Paule Ramo

Ciné XIII Théâtre / Compagnie Melody Nelson
avec Claire Bosse-Platière, Simon Dusigne, Anne Plantey et Camille Vallin
Mise en scène : Marjolaine Aïzpiri et Hélène Labadie
Lumière : André Diot - Musique : Frédéric Fresson - Décor : Charlotte Bovy

du 12.11.2014 au 24.01.2015



La plus haute de toutes les folies, disait-elle, est de rougir des penchants que nous avons reçus de la nature; et se moquer d'un individu quelconque qui a des goûts singuliers, est absolument aussi barbare qu'il le serait de persifler un homme ou une femme sorti borgne ou boiteux du sein de sa mère, mais persuader ces principes raisonnables à des sots, c'est entreprendre d'arrêter le cours des astres.
Marquis de Sade, 'Augustine de Villeblanche,' Historiettes, contes et fabliaux


A rebours des querelles de genre et autres enfermements, Sur le Bout de la Langue nous convie à un marivaudage des plus réjouissant, véritable festival de rebonds et d'ironies. Car s'il est un ressort premier de la scène, la langue, et en premier lieu ses effets rhétoriques, ses détours stylistiques, pour tout dire ses ambiguïtés, est ici le lieu premier d'une logique à l'œuvre, ou plutôt d'une illogique qui dévoile l'envers d'un ordre trop assuré, pour ne pas être bousculé.

De ces joutes verbales entre un frère et une sœur, une amie couturière et leur précepteur à l'identité trouble, qu'unit une même passion pour la poésie, autre envers du réel, émane progressivement une faille, un ébranlement, qui font se révéler des identités multiples. Comme si le singulier se conjuguait ici au pluriel, le masculin au féminin et inversement. Et si les codes de la séduction se situaient ailleurs ? Lorsque les mots et les corps se conjuguent dans un Eden oublié.

D'alexandrins en couplets endiablés, d'œillades en cavalcades, d'injonctions en suggestions, les comédiens nous invitent à d'inédites liaisons dangereuses, faites de renversements et basculements, où le rire le dispute à la surprise, les masquent tombent, en un mot, les langues se délient. Sur le Bout de la Langue ou comment l'esprit vient aux innocents. Ou le double du discours. Ou le désordre amoureux, qui n'est autre que ce bout du monde, aux saveurs épiques, burlesques. Notre monde.

© georges festa - 11.2014

site du Ciné XIII Théâtre : www.cine13-theatre.com/
site de la Compagnie Melody Nelson : www.compagniemelodynelson.com/