jeudi 19 février 2015

Aida Zilelian : The Legacy of Lost Things



© Bleeding Heart Publications Ltd., 2015


The Legacy of Lost Things [La Perte en héritage] retrace les combats et les vicissitudes d'une famille d'immigrés arméniens à New York


BANGKOK - The Legacy of Lost Things, d'Aida Zilelian, un premier roman fort et envoûtant, qui explore en profondeur les combats et les vicissitudes d'une famille d'immigrés arméniens vivant aux Etats-Unis, constituera le second ouvrage publié par Bleeding Heart, une nouvelle maison d'édition littéraire, située en Asie du Sud-Est et spécialisée dans les documentaires et les œuvres de fiction à destination du marché américain.

L'ouvrage va paraître en plusieurs formats le 3 mars 2015 et sera accessible en ligne et dans les librairies.

Ecrivaine et enseignante d'anglais à New York, Zilelian a été publiée dans plusieurs anthologies et plus de vingt-cinq revues littéraires, dont la collection de nouvelles "Transfusion," aux éditions Bleeding Heart. Avant même d'être retenu et publié, The Legacy of Lost Things retint l'attention. En mai dernier, il a remporté le Prix Minas et Kohar Tölöyan de littérature contemporaine, une distinction annuelle qui reconnaît et encourage les œuvres littéraires d'écrivains de talent d'Amérique du Nord, d'origine arménienne ou dont les ouvrages comptent une thématique arménienne.       

Dans The Legacy of Lost Things, Zilelian retrace trois générations d'une famille d'immigrés arméniens vivant dans le Queens, à New York, tandis qu'ils luttent les uns et les autres et contre les attentes de leur communauté du Vieux monde. Lorsqu'Araxie, la fille aînée de Lévon et Tamar, profondément malheureux, disparaît, les membres restants de la famille sont contraints d'affronter ensemble leurs histoires douloureuses, et le rôle joué par chacun d'eux dans l'exclusion d'Araxie. A travers Araxie et sa famille, les lecteurs ont une vision unique sur les tensions générationnelles et culturelles, qui unissent les familles, tout en les déchirant.

"Je ne crois pas que la vérité surgisse toujours des récits," précise Zilelian, qui reconnaît volontiers que ses principaux personnages sont inspirés de sa famille. "Vous verrez que c'est le cas dans Legacy. Il y a une vérité énorme, qui n'est jamais découverte. Mais j'aime bien quand les personnages sont assis sur la vérité. Tu ne sais pas ce qui va se passer, et tu ignores ce qui va en sortir. Cette tension consistant à... comment ils vont faire face à la vérité, quand elle surgit, ou comment ils vont gérer le fait qu'elle puisse ne pas apparaître ? Cette tension, et ce qui la crée, est quelque chose que je réalise inconsciemment dans mes récits. Quand je regarde en arrière, ce ne sont que vérités et secrets. Voilà pourquoi la vérité et les défauts des personnages me fascinent."

"Aida écrit avec tant de chaleur et de passion," écrit Cali Dawson, cofondateur et directeur général des éditions Bleeding Heart. "Je me souviens avoir parcouru cette histoire en la publiant de nombreuses fois, sans qu'elle ne me donne la chair de poule et me fasse soupirer. J'étais étonné que ce roman n'ait pas été retenu en vue de publication, lorsqu'il a atterri sur mon bureau. Mais je n'ai pas été étonné qu'Aida soit très connue au sein de sa communauté et qu'elle ait publié des ouvrages auparavant. C'est une écrivaine née et douée."

Les éditions Bleeding Heart ont été créées en 2012 à Bangkok, en Thaïlande, par un petit groupe d'Anglais et d'Américains expatriés - sous la houlette des cofondateurs Gordon Ross, directeur, et Dawson. Cet éditeur indépendant a quatre ouvrages programmés dans tous les formats en 2015 et recherche des manuscrits et des nouvelles, émanant d'auteurs nouveaux ou déjà publiés. Bleeding Heart publiera aussi Transfusion, une revue littéraire biannuelle, présentant des nouvelles de 5 000 mots maximum et de la poésie. Enregistrée à Singapour, l'entreprise possède son siège éditorial à Bangkok.            

___________

Traduction : © Georges Festa - 02.2015