vendredi 15 mai 2015

Christopher Atamian - Into the Woods



 Guillaume Toumanian, Bord de route, 2011
Huile sur toile, 150 x 200 cm, coll. part. Bordeaux
© http://guillaume-toumanian.com/oeuvres


Into the Woods
for N.S.

I
Into the woods I go
Ever faster ever slow
As green gives way to red
I walk along the riverbed
Some trees become fairies
Other soar in lofty aeries
Great armies doing battle
Young lovers kissing, prattle
A history of my world
Told daily, how it's unfurl'd
In the morning and late at night
Like a martyr I go into the light

II
Into the woods I go
Contrite that I do not know
How to save my people
How to pray in a steeple
From Cilicia and Mt. Lebanon
They came
Refugees all the same.
On Riverside Drive I think of them
As a young Orthodox maiden rips her hem.

III
Into the woods I go
Full of hope, full of dope.
I will not fast I will not slow
Just as I want I go.
I do not know many things
As I pull lightly on my silver rings-
Vincennes is what? - 3000 miles away
And yet and yet
I think of Sarafian
Night and day.

Into the woods I go
And now blissful it begins to snow.

Christopher Atamian

_________________


Par les bois
pour N.S.

I
Par les bois je m'en vais
Tantôt me hâtant tantôt marquant le pas
Tandis que le vert cède au rouge
Je longe le lit du fleuve
Des arbres se font fées
D'autres s'élancent vers de hautes aires
Grandes armées se livrant bataille
Jeunes amants qui s'embrassent, jasant
Une histoire du monde qui est le mien
Racontée chaque jour, qui va se déployant
au matin et tard le soir
Tel un martyr je me perds dans la lumière.

II
Par les bois je m'en vais
Tout penaud d'ignorer
Comment sauver les miens
Comment prier dans un clocher
Depuis la Cilicie et le Mont Liban
Ils sont venus
Mais en réfugiés.
Sur Riverside Drive je songe à eux
Tandis qu'une jeune orthodoxe déchire son ourlet.

III
Par les bois je m'en vais
Empli d'espoir, défoncé.
Sans me hâter ni marquer le pas
Comme j'en ai envie, simplement.
J'ignore tant de choses
Tandis que je tire légèrement sur mes bagues en argent -
c'est quoi Vincennes ? - à plus de 4800 kilomètres
Sans cesse
Je pense à Sarafian
Jour et nuit.

Par les bois je m'en vais
Et comme par magie la neige qui se met à tomber.

Traduction : © Georges Festa - 05.2015