dimanche 17 avril 2016

Arman J. Kirakossian, The Armenian Genocide in Contemporary American Encyclopedias; Hambersom Aghbashian, Turkish Intellectuals Who Have Recognized the Reality of the Armenian Genocide



 © Armenian Genocide Museum - Institute of the National Academy of Science, 2015; Nor Or Publishing Association, 2015


Parution de deux nouveaux ouvrages de référence sur le génocide arménien
par Aram Arkun


Etude d'Arman J. Kirakossian sur le traitement du génocide arménien dans les encyclopédies américaines

De nombreux Arméniens ne peuvent s'empêcher de consulter une encyclopédie ou un ouvrage de référence pour voir ce qu'ils contiennent, au cas où, sur l'Arménie et les Arméniens. Un des premiers sujets qu'un Arménien recherche concerne le génocide arménien. Le docteur Arman J. Kirakossian rend service à ces Arméniens avec son récent ouvrage, The Armenian Genocide in Contemporary American Encyclopedias (Erevan : Armenian Genocide Museum - Institute of the National Academy of Science, 2015).

Kirakossian étudie une quarantaine d'encyclopédies, de dictionnaires, de manuels et de guides de référence parus aux Etats-Unis ces quinze dernières années. Ce livre de 183 pages contient un index des patronymes et des toponymes, une liste des encyclopédies et des articles concernés, ainsi qu'une bibliographie des ouvrages sur le génocide arménien utilisés dans les ouvrages de référence. L'A. s'intéresse à la définition générale du génocide et à la comparaison du génocide arménien avec la Shoah, avant d'aborder la Question arménienne et les massacres de masse antérieurs à la Première Guerre mondiale, tels que les massacres hamidiens et ceux de 1909 en Cilicie.

Le génocide arménien, les réactions britanniques et américaines, l'information sur les personnes liées au génocide, les procès des responsables mis en accusation après la Première Guerre mondiale, les aspects féministes, les témoignages des survivants, le déni, la reconnaissance internationale sont couverts dans toute une série d'ouvrages de référence. Un thème spécifique, le syndrome de stress post-traumatique chez les survivants du génocide arménien, est brièvement noté dans un court chapitre d'une page, lequel reprend l'article d'une encyclopédie.

Une information de base sur la diaspora arménienne moderne, recomposée à travers le génocide, est fournie dans un court chapitre. Le génocide arménien dans l'art et la littérature fait l'objet du chapitre final.

Historien, l'A. est actuellement ambassadeur de la république d'Arménie en Autriche et son représentant permanent auprès de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (O.S.C.E.), ainsi que d'autres organisations internationales à Vienne. Entre autres fonctions, il a exercé comme ministre arménien des Affaires Etrangères et premier vice-premier ministre. Outre le présent ouvrage, il a publié quatre autres livres en anglais sur des thématiques arméniennes.

Essai d'Hamberson Aghbashian sur les intellectuels turcs ayant reconnu le génocide arménien      

Au cours de ces dernières années, outre la prolifération d'encyclopédies et d'ouvrages de référence mentionnant le génocide arménien, le nombre d'écrivains et d'intellectuels turcs ayant reconnu celui-ci a considérablement augmenté. Des lecteurs occasionnels ont croisé au moins quelques noms, mais même des spécialistes ne seront peut-être pas familiers de nombre d'entre eux. Hamberson Aghbashian a compilé un ouvrage, Turkish Intellectuals Who Have Recognized the Reality of the Armenian Genocide (Altadena, Calif.: Nor Or Publishing Association, 2015), qui tente de combler ce vide.  

Ce livre de 142 pages n'est pas un ouvrage d'érudition détaillé, mais plutôt un recueil d'études biographiques de deux à quatre pages sur plus de 50 écrivains turcs. Dans une étude, au moins, l'A. ajoute l'information obtenue grâce à des contacts personnels avec la personne concernée.

L'ouvrage n'analyse pas explicitement les approches diverses des intellectuels figurant dans ce livre, quant à la terminologie décrivant les événements de 1915, certains choisissant de ne pas utiliser le mot génocide.

Ce volume comprend une préface du docteur Levon Marashlian, professeur d'histoire et de sciences politiques au Glendale Community College, et de brèves observations du docteur Raffi Balian, du Parti libéral démocrate arménien (Comité du district Etats-Unis Ouest), d'Hagop Mardirossian, éditeur de l'hebdomadaire Nor Or; de Vatche Semerdjian, président de la section de la Tekeyan Cultural Association à Los Angeles, et du docteur Ohannes Kulak Avedikian, président du Comité culturel de l'Association of Istanbul Armenians. Ces deux dernières contributions sont rédigées en arménien, contrairement au reste de l'ouvrage. Plusieurs observations expriment l'espoir que ce volume aidera à combattre la négation du génocide arménien, soutenue par l'Etat turc, et "réveillera les masses" en Turquie.

L'ouvrage inclut un extrait de la Convention des Nations sur le génocide, une courte biographie de Raphaël Lemkin, qui inventa le mot génocide, et une liste d'Etats, de régions et de grandes organisations internationales ayant reconnu officiellement le génocide arménien.

Hambersom Aghbashian est né à Bagdad. Auparavant actif au sein de l'Union Générale Arménienne de Bienfaisance (U.G.A.B.) et du diocèse de l'Eglise arménienne d'Irak à Bagdad, et membre fondateur de l'Iraqi Armenians Benevolent Association de Los Angeles, il publie régulièrement dans la presse arménienne.

Ce livre représente une première étape en livrant un matériau de base pour l'étude des opinions divergentes sur le génocide arménien parmi les intellectuels turcs. Des comptes rendus d'ouvrages parus sur le sujet, par des universitaires comme Fatma Müge Göçek, professeur de sociologie à l'université du Michigan à Ann Arbor, existent déjà.    

___________

Traduction : © Georges Festa - 04.2016