dimanche 23 octobre 2016

Arpa International Film Festival Announces Screenings / Programme 2016 du Festival International du Film de l'ARPA



 © http://www.arpafilmfestival.com/

Programme du Festival International du Film de l'ARPA
Asbarez (Little Armenia, CA), 6.10.2016


HOLLYWOOD - L'Arpa Foundation for Film, Music and Art (AFFMA) annonce que son Festival international annuel du Film (1) se tiendra du 3 au 6 novembre à l'Egyptian Theater d'Hollywood.

Chaque soir, le festival présentera des premières avec tapis rouge, réception et spectacles.

La soirée d'ouverture du festival présentera des extraits et les coulisses du film très attendu The Promise (2), suivi d'un débat avec les réalisateurs, la distribution et l'équipe de tournage.

Le film Bravo, Virtuoso ! (3) présenté en première mondiale, lors de la soirée d'ouverture de ce festival de quatre jours, a été écrit et dirigé par le réalisateur franco-arménien Levon Minassian et produit par Robert Guédiguian, cinéaste et producteur de renom.

Bravo, Virtuoso ! a pour sujet un jeune homme, Alik, 25 ans, qui a été élevé par son grand-père, chef d'orchestre d'un célèbre orchestre de musique classique en Arménie post-soviétique, marquée par un déclin des institutions culturelles et où des oligarques alliés à la mafia ont pris le pouvoir. Clarinettiste, Alik est virtuose au sein de cet orchestre dont l'existence est gravement menacée, lorsque son principal mécène est assassiné. Alik décide se glisser dans la peau de l'assassin appelé "Le Virtuose" et tente d'exécuter ses contrats. Or Alik est musicien virtuose, et non un meurtrier.

Vendredi 4 novembre, sera présenté en première aux Etats-Unis le film Hot Country, Cold Winter, écrit et réalisé par David Safarian (4).

24 ans après, Safarian revient avec un autre chef-d'œuvre. En 1992, l'American Film Institute (AFI) avait projeté son film The Lost Paradise, qui lui avait valu les éloges de Variety (5).        

Hot Country, Cold Winter raconte l'histoire d'un homme et d'une femme soumis à une grave crise énergétique. Leurs souvenirs, leurs courts récits et leur imagination permettent de comprendre l'histoire et de réaliser que les valeurs humaines essentielles sont partagées à travers le monde.

Samedi 5 novembre, seront projetées des œuvres de cinéastes en herbe ou chevronnés du monde entier. La programmation comprend des films d'animation, des courts métrages, des documentaires, ainsi que des longs métrages.

Pour le plus grand bonheur de tous, le cinéma d'animation et fantastique propose une belle sélection, dont Hanban Huri [Houri la fainéante], d'Hovannès Toumanian, écrit et réalisé par Artur Mikayelyan (6).

Ce ravissant film d'animation musical, inspiré d'Anban Houri d'Hovhannès Toumanian, est un conte où les injustices et les inégalités sont incarnées à travers une jeune fille paresseuse.

Le programme de l'après-midi se poursuit avec un documentaire en première mondiale, Crows of the Desert : A Hero's Journey through the Armenian Genocide, réalisé par Marta Houske et produit par Paul Turpanjian (7).  

Ce documentaire exceptionnel présente l'odyssée d'un héros à travers le génocide arménien. Il s'inspire des mémoires de Levon Yotnekhparian et de son combat, non seulement pour rester en vie, mais pour sauver son peuple d'une quasi extinction lors du premier génocide du 20ème siècle.

Prix Humanitaire Armin T. Wegner du Festival international 2016 du Film de l'Arpa, le documentaire Women of 1915, de Bared Maronian (8), associe réalités et émotion pour honorer ces femmes courageuses du génocide arménien, dont beaucoup y ont perdu la vie, qui survécurent pour redonner vie ou qui furent contraintes à des existences qui leur étaient étrangères. De nombreuses femmes, Arméniennes, Européennes et Américaines, ont aussi parcouru de grandes distances afin de sauver des vies, en courant de grands risques. Parmi ces femmes mises en valeur dans le film figurent des survivantes, des volontaires et des résistantes, dont Aurora Mardiganian, survivante du génocide, Mary Louise Graffam, volontaire américaine, la diplomate Diana Apkar et la missionnaire danoise Maria Jacobsen.      

Le programme des longs métrages en soirée débutera avec Lost in Armenia [Celui qu'on attendait] de Serge Avédikian (9). L'histoire est celle d'un comédien français qui se retrouve par hasard dans un petit village en Arménie, après un spectacle de l'autre côté de la frontière. Perdu, sans visa ni téléphone portable, ignorant la langue, il est rapidement adopté comme un sauveur par la population locale.

Pièce maîtresse de la soirée de samedi, Somewhere Beautiful d'Albert Kodagolian (10), présenté en première aux Etats-Unis, une production américano-argentine. Réalisé par Albert Kodagolian, le film met en vedette l'acteur français Dominique Pinon, lauréat d'un Lifetime Achievement Award [Prix pour l'ensemble de son œuvre] de l'Arpa.

Somewhere Beautiful a pour thème un triangle amoureux chargé d'émotion, qui entre en conflit alors qu'Elena accompagne son mari photographe lors d'un voyage de travail, cédant devant la sublime beauté de la Patagonie et celui qui leur sert de guide. Entretemps, Albert, un réalisateur de retour à Los Angeles, s'emploie à devenir père célibataire, suite à l'échec de son mariage. Tandis que les deux personnages s'adaptent à leur réel, des liens se créent et de nouveaux départs se font jour.

Inspiré de Calendar, film précurseur d'Atom Egoyan, Somewhere Beautiful explore l'espace entre le crépuscule d'une relation et l'aube d'une nouvelle.

Mettant en scène Maria Alche (La Niña Santa) (11) et Pablo Cedron (The Aura, Aballay) (12), très connus en Argentine, et Dominique Pinon, légende du cinéma français (Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, Delicatessen), cet exemple éclatant de cinéma mondial fait le récit d'une résilience sereine qui peut aussi servir de rappel utile à tous ceux qui s'aiment.           

Notes

2. The Promise, réal. Terry George (2016)
3. Bravo, Virtuoso, réal. Levon Minassian (2016)
4. Hot Country, Cold Winter, réal. David Safarian (2016)
6. Anban Huri, réal. Artur Mikayelyan (2016)
7. Crows of the Desert : A Hero's Journey through the Armenian Genocide, réal. Marta Houske (2016)
Site et bande-annonce :  http://crowsofthedesert.com/
8. Women of 1915, réal. Bared Maronian (2016)
9. Lost in Armenia [Celui qu'on attendait], réal. Serge Avédikian (2016)
10. Somewhere Beautiful, réal. Albert Kodagolian (2014)
11. La Niña Santa [The Holy Girl], réal. Lucrecia Martel (2004)
12. El aura, réal. Fabián Bielinsky (2006); Aballay, el hombre sin miedo, réal. Fernando Spiner (2010)
13. Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, réal. Jean-Pierre Jeunet (2001); Delicatessen, réal. Marc Caro et Jean-Pierre Jeunet (1991)

___________

Traduction : © Georges Festa - 10.2016